INDIVIDUALISÉ OU INDIVIDUALISTE ?

 

« FEMME ASSISE DEVANT LA FENÊTRE » – PABLO PICASSO

 

Comme expliqué dans l’article précédent, le « Connais-toi toi-même… » compris du point de vue de la psychologie Jungienne permet de développer son individualité – dans le sens d’être un avec soi-même plutôt que divisé – mais il permet aussi à cette individualité un sentiment d’appartenance à l’essence du monde extérieur, et la rencontre avec son destin.

Que signifie être individualisé ? Pour Jung, c’est le résultat de ce qu’il nomme le processus d’individuation.

C’est un processus de différenciation psychologique dont le but est le développement de l’individualité indivisible, c’est-à-dire en tant qu’être unique distinct de la psychologie collective. Il ne s’agit pas de devenir parfait mais complet. Ce processus se base sur l’archétype de la complétude et de la totalité = le Soi.

« En tant que concept empirique, le Soi désigne tout l’éventail des phénomènes

psychiques chez l’homme. Il exprime l’unité de la personnalité

comme une totalité » (1)

Chaque être humain a un côté individuel et un côté collectif. Il possède des caractéristiques qui lui sont propres et uniques et en même temps il possède des caractéristiques qui appartiennent à la collectivité, que ce soit la famille, la culture, la religion, la société.  Ce qui s’applique à l’humanité en général s’applique également à chacun de nous en particulier parce que l’ensemble de l’humanité consiste d’individus singuliers. Ce qui fait que la psychologie des individus correspond à la psychologie des collectivités, sociétés, nations.

Cette double nature – individuelle et collective – si elle n’est pas conscientisée, produit des conflits intérieurs, et par conséquent, extérieurs. Le problème de l’un devient le problème des autres, et peut affecter toute la société.

Seules des modifications dans l’attitude consciente des individus peuvent générer des changements dans la psychologie de la société dans laquelle ils vivent. Le processus d’individuation Jungien permet ces modifications.

L’individuation veut dire devenir conscient d’abord de qui nous sommes et de ce que nous sommes (rappelons-nous le titre du tableau de Gauguin) ainsi que de qui et ce que nous ne sommes pas. Cela signifie la reconnaissance d’une part de notre propre caractère spécifique et unique, et d’autre part de notre ancrage ainsi que de notre participation dans le monde humain universel et archétypal.

Le projet de devenir conscient de qui et ce que nous sommes est impossible si on ne fait pas un travail intérieur sur soi et l’expérience de vivre un large éventail varié d’expériences de vie. Faire l’expérience signifie être touché et transformé par cette expérience non seulement au niveau intellectuel mais aussi au niveau émotionnel. La tête + le cœur.

Etant donné que la conscience ne se crée pas d’elle-même et qu’elle provient de la matrice de l’inconscient, il est nécessaire d’entrer en relation avec notre inconscient. Ceci se fait principalement au cours de l’interprétation de nos rêves puisque ces derniers sont des produits de l’inconscient.

A travers une immersion rythmée et répétée de la conscience avec l’inconscient et en acceptant la relation avec nos dimensions inconscientes, la structure du moi change. A la loi arbitraire de l’ego et aux influences extérieures se substitue une règle interne secrète et puissante révélatrice de sens et qui influence positivement le reste de la vie.

L’individuation fait monter au premier plan un ordre supérieur à celui de l’ego : l’ordre du Soi. Celui qui s’est individualisé fonctionne autrement :

  • Il a trouvé un moyen d’unir les contraires en lui, donc il a effectué l’ordre et l’harmonie intérieure. S’il y a harmonie au niveau personnel alors il y a aussi harmonie et ordre avec le monde collectif extérieur
  • Il réalise que son moi n’est pas l’unique facteur de ses représentations mentales (contrairement à Freud), de son affirmation dans le monde, et de ses décisions conscientes
  • Il est moralement plus responsable. Son sens de l’éthique est profond dans la mesure où il génère du bien-être pour lui-même, la société ainsi que pour le monde naturel
  • Il a plus d’amour propre ce qui le rend plus compréhensif et sensible à ses besoins, intérêts, désirs, peines, etc., et à ceux des autres
  • Il est plus objectif et moins unilatéral. Il ne prend plus une remarque négative à son égard uniquement comme une attaque personnelle
  • Il vit son destin parce qu’il a pris la responsabilité de se connaître, d’être nourri et guidé par le dialogue entre son conscient et son inconscient, ce qui lui permet de mener sa vie à partir de sa réalité intérieure authentique et individuelle = retrouvailles du moi avec le Tout plutôt qu’à partir des valeurs collectives

 

J’ai choisi cette peinture de Picasso parce qu’elle m’évoque l’union des contraires : deux visages différents unis sous le même chapeau. L’un apparaît plus masculin et l’autre féminin, l’un est plus de profil et l’autre de face. On retrouve cette union dans le croisement des mains.

La beauté de ce tableau réside dans le fait que l’artiste donne une interprétation colorée, ordonnée, dynamique et vivante de cette union qui rappelle exactement l’ordre et l’harmonie intérieure accomplie par l’individuation.

L’individuation produit un véritable bonheur, une paix de l’esprit durable, une sécurité continue, une solide sagesse, une légèreté d’être, et sans doute le plus important : une profonde liberté dans le sens où l’individu individualisé s’est libéré du poids et des influences néfastes de ce qui ne lui appartient pas.

Dorénavant il fonctionne à partir d’une matrice unifiée, équilibrée et aimante ; il s’est régénéré, il a réalisé son soi le plus profond et authentique, et donc il est libre de décider ou pas en sa faveur, et il est uni avec lui-même dans la mesure où ses décisions sont en accord avec ses valeurs individualisées.

Ses contraires ne le contrarient plus et ne se manifestent plus en contradictions.

L’individualisé a compris que les contraires sont inhérents à la complexité de la nature humaine tout comme à la Mère Nature. Il sait que la tension générée entre ses contraires crée de l’énergie, soit positive soit négative soit les deux à la fois, et qu’un certain degré de tension est inévitable et nécessaire. Il accepte donc de tenir la tension plutôt que de la fuir.

Que signifie tenir la tension ? Il s’agit d’attribuer à chacun des deux contraires la même valeur pendant le temps nécessaire jusqu’au moment où quelque chose se produit et permet de trouver une solution. Ce quelque chose vient souvent de l’inconscient pour indiquer à l’ego le chemin à suivre. C’est plus une question de patience, de confiance dans l’inconscient et dans l’inconnu qu’une question de logique, de rationalisation. On retrouve cette attitude mentale dans les paroles de Gandhi :

« La vie est un mystère qu’il faut vivre, et non un problème à résoudre ».

Ainsi l’individualisé accepte consciemment ses contraires qui sont complémentaires et contribuent à l’équilibre. Autrement dit, il accepte le paradoxe et il accepte de le vivre. Là encore, l’acceptation consciente de ses contraires ne se fait pas qu’au niveau intellectuel mais elle doit inclure le niveau émotionnel.

L’inconscience de nos contraires produit les contradictions alors que la conscience qui accepte les contraires produit le paradoxe. L’individuation Jungienne permet le passage de l’un à l’autre. C’est dans le paradoxe que se trouve le mystère de la vie.

Accepter et vivre le paradoxe permet donc de nous épanouir, d’ouvrir notre cœur à la joie d’exister, et en conséquence, d’orienter nos choix et décisions vers ce qui garde vivant, vers une réalité qui englobe le positif et le négatif. Comme le dit la chanson, il s’agit d’être :

« Born to be alive » parce que « It’s good to be alive ». (2)

Pour information, l’harmonie des contraires dans la tradition Chinoise correspond à « être dans le Tao » parce que les contraires intérieurs et extérieurs sont dans l’ordre des choses.

Sans cette relation harmonieuse et ordonnée des contraires, l’individuation ne serait qu’une recherche et un aboutissement des intérêts limités de l’ego au détriment de la société.

Dans ce cas, c’est de l’individualisme, le « moi, je », le « chacun pour soi », « celui qui pense qu’à son nombril ». Cette attitude mentale caractérise aussi le narcissisme.

L’individualiste croit en la suprématie de ses propres intérêts qui passent avant ceux de la collectivité. Il donne priorité à ce qui est particulier plutôt qu’à des considérations et obligations collectives. A l’opposé de celui qui est individualisé, l’individualiste n’a pas réussi à réunir ses contraires en lui et n’est donc pas en harmonie avec lui-même.

Cette dysharmonie intérieure promeut la confusion, le désordre, la division et le chaos dans ses perceptions et compréhensions de la réalité, ses ressentis, et donc dans ses choix, décisions, comportements, etc., et en conséquence cette dysharmonie a un effet délétère à l’extérieur de lui-même : dans ses rapports avec son environnement proche et avec les autres membres de la collectivité.

 En bref, la division intérieure crée de la division à l’extérieur.

Et elle se retrouve à tous les niveaux de la société et dans la vie de tous les jours. L’une des conséquences négatives les plus courantes de cette division : le manque de responsabilité. Etre responsable signifie aux sens littéral et figuré d’accepter de « payer » pour ses erreurs, manquements, etc., plutôt que de les faire payer aux autres.

L’enfant n’a pas de responsabilités, mais l’adulte en a. Si ce dernier les rejette, alors il se comporte de manière infantile. Par exemple, le responsable irresponsable : il a des responsabilités mais se sent responsable uniquement pour les aspects positifs = unilatéralité ; mais lorsqu’il s’agit d’être et d’agir de manière responsable pour les aspects négatifs, il n’y a plus personne = division.

L’individuation diffère de l’individualisme dans la mesure où elle amène un individu à ne plus s’identifier aux normes collectives tout en gardant une appréciation envers elles, alors que l’individualiste soit les rejette totalement soit s’y identifie.

L’individu, la société et le cosmos sont des entités qui sont intimement reliés au sein d’une réalité totale et unifiée.   Ceci signifie que l’individuation a une dimension éthique profonde et qu’elle n’existe pas isolément et en dehors du grand Tout.

Dans un de ses séminaires Jung raconte L’HISTOIRE DU FAISEUR DE PLUIE qui lui a été dite par son ami Richard Wilhelm. Ce dernier a vécu pendant environ vingt ans à Qingdao sur la côte nord est de la Chine, et c’est lui qui a introduit le Yi King dans le monde occidental en le traduisant en allemand.

« Il y avait une grande sècheresse ; pendant des mois la pluie n’était pas

tombée et le manque de récoltes produisit la famine.

Dans leur désespoir, les peuples tentèrent de faire venir la pluie

à travers les rites religieux qu’ils connaissaient.

Les Catholiques firent des processions, les Protestants prièrent,

et les Chinois brulèrent de l’encens. Mais en vain.

Finalement, les Chinois décidèrent de faire appel au faiseur de pluie.

Un vieillard provenant d’une autre région se présenta et

la seule chose qu’il demanda était une petite maison

tranquille où il s’y enferma pendant trois jours.

Le quatrième jour, les nuages apparurent et firent tomber

de la neige à une époque de l’année où il ne neigeait pas ».

 

Wilhelm demanda au vieillard : « On vous appelle le faiseur de pluie, pouvez-vous me dire comment vous avez fait venir la neige ». L’homme répondit : « Je ne l’ai pas fait venir, je ne suis pas responsable ». « Mais alors, qu’avez-vous fait pendant trois jours ? »

Le vieillard répondit : « Je viens d’une autre contrée où les choses sont en ordre. Ici, elles sont en désordre ; elles ne sont pas en accord avec les cieux ce qui fait que le pays n’est pas dans le Tao et par conséquent je me trouve moi-même en dehors du Tao. J’ai dû attendre trois jours pour être à nouveau dans le Tao, et ainsi la pluie est venue naturellement ». (3)

Cette histoire montre bien la relation entre l’harmonie intérieure et extérieure, et l’idée que l’individu est relié à la société et au cosmos. D’ailleurs, Jung s’est inspiré en partie de cette histoire pour développer son concept de la synchronicité.

Cette union des contraires est symbolisée par le Yin Yang dans la philosophie Chinoise. Ce n’est pas seulement l’union du principe masculin et du principe féminin, mais l’union de deux contraires complémentaires qui se retrouvent dans tous les aspects de la vie et de l’univers.

De nombreuses civilisations avaient compris et donné de l’importance à l’équilibre de leur dirigeant, car les peuples s’apercevaient que lorsque leur souverain démontrait sa capacité à être en ordre et équilibré, alors il prenait les bonnes décisions, il avait du bon sens et le royaume prospérait.

Si on prend en compte cette idée au vu des élections présidentielles actuelles, quel est le candidat qui fait preuve de plus d’équilibre et d’harmonie de ses contraires ?

Entre « uni » et « divisé », « individualisé » et « individualiste », « réaliste » et « irréaliste », « juste » et « injuste », « capable » et « incapable », « responsable » et « irresponsable », « bon sens » et « absurdité », quel est celui qui montre son unité et ne se contredit pas ?
REFERENCES :

(1) Jung, CW 6, « Types psychologiques », paragraphe 789

(2) Patrick Hernandez, « Born to be alive »

(3) Jung, CW 14, « Mysterium Coniunctionis », paragraphe 604, note 211

 

 

 

Publié dans Non classé

CONNAIS-TOI TOI-MÊME…

Le temple d’Apollon et l’amphithéâtre de Delphes

 

Sur le fronton du temple est inscrit :

« Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux »

Que signifie cette maxime ?

 

De par sa situation géographique, l’ensemble du site dégage une splendeur impressionnante, et commande un sentiment de respect, d’admiration, et de silence. Nous sommes en présence d’une montagne sacrée – comme si on sentait la présence des dieux.

Parce que la montagne est haute, verticale, et rapprochée du ciel, elle symbolise en général la transcendance. La montagne est la demeure des dieux, et son ascension par l’homme est figurée comme une élévation vers le ciel, comme le moyen d’entrer en relation avec la Divinité. L’ascension est spirituelle, l’élévation étant un progrès vers la connaissance.

Les Grecs Anciens avaient bien compris l’importance de se connaître ainsi que l’importance de reconnaître la présence et le pouvoir des dieux car eux seuls détenaient le véritable savoir (la sophia ou sagesse). Le philosophe était celui qui désirait ce savoir, comme Socrate qui a cherché à comprendre ce que l’oracle de Delphes voulait dire par : « Socrate est le plus sage des hommes ».

L’oracle correspondait à la voix des dieux, et il était rendu dans des lieux précis et dans le respect des rites. En termes Jungiens, écouter la voix des dieux signifie écouter la voix du Soi, et le faire consiste à rencontrer son destin et concrétiser sa vocation.

En écoutant la voix de la Pythie Socrate est devenu un philosophe de la morale. Sa mission était de révéler aux hommes leur ignorance et de les amener à se préoccuper de leur âme plutôt que de leur corps ou de leurs biens matériels afin qu’ils puissent s’améliorer.

Il s’est inspiré de la maxime gravée sur le fronton du temple d’Apollon à Delphes pour expliquer aux hommes que la connaissance de soi était une vertu, c’est-à-dire une disposition spirituelle à agir en accord avec la loi divine.

Delphes vient du grec delphys qui signifie utérus, matrice et aussi dauphin – un animal qui représente l’esprit de la mer et qui est associé à Apollon. Cette étymologie prend beaucoup de sens dans la psychologie Jungienne car l’inconscient est compris comme une source de vie, c’est-à-dire qu’il est la matrice à partir de laquelle vient la conscience. Tout comme la naissance physique se fait à partir de l’utérus maternel.

 

« L’inspiration du poète », Nicolas Poussin, 1630 – Musée du Louvre

 

Dans la mythologie Grecque, Apollon était un dieu dont l’importance secondait celle de Zeus car il avait de nombreuses fonctions différentes :

  • Il était un dieu solaire, un dieu de lumière. Son arc et ses flèches étaient comparés au soleil et à ses rayons.
  • Dans l’Iliade, il est décrit comme un dieu lunaire car son arc est d’argent, couleur liée à la nuit et à la lune.
  • Il était un dieu maritime, des vents, et de la navigation et le dauphin lui était consacré.
  • Il était aussi un dieu terrien protégeant les troupeaux, faisant germer et fructifier les moissons, détruisant les souris et autres animaux nuisibles à l’agriculture.
  • Il donnait des lois, récompensait, mais aussi punissait les torts, comme par exemple en tuant le satyre Marsyas.
  • Il était à la fois un dieu guerrier vengeur et un dieu réservé observant les détails de la vie avec perspective.
  • C’était lui qui envoyait les maladies, répandait les épidémies, mais aussi lui qui avait le pouvoir de les guérir.
  • Il était aussi le dieu de la musique et de la poésie ; dans ce cas, il était représenté avec sa lyre et une couronne de lauriers.

 

Cette description montre la présence d’aspects contraires dans ce dieu, et pour le peuple Grec, Apollon représentait un idéal de sagesse synthétisant en lui de nombreux contraires. Il prônait la modération de toute chose et la connaissance de soi comme inscrit sur son temple.

Apollon symbolisait l’harmonie physique, mentale et spirituelle, et il devint l’incarnation de l’ordre, de la régularité et de la pureté morale permettant le passage de la vie barbare à la civilisation.

Pour la psychologie Jungienne, Apollon symbolise par excellence la possibilité – donc un archétype – à réaliser l’équilibre et l’harmonie des contraires. Ces derniers ne s’appliquent pas seulement aux dieux mais aussi à l’être humain avec ses côtés sombres et lumineux, masculins et féminins, objectifs et subjectifs, conscients et inconscients, etc.

Si cet équilibre n’est pas mis en place, alors nos contraires entrent en conflit et produisent des contradictions, et par conséquent nous divisent. En terme clinique, cette situation s’appelle la névrose. Avons-nous conscience de nos contraires et de la manière dont ils agissent en nous ?

Dans ma pratique, les paires de contraires qui entrent le plus souvent en conflit sont : enfant et adulte, inférieur et supérieur, dépendant et indépendant, actif et passif, conformiste et rebelle, peureux et courageux, bon et mauvais, individuel et général, positif et négatif.

C’est le jeu des contraires entre eux, la manière dont ils agissent sur chacun de mes patients – tantôt en se faisant la guerre, tantôt en faisant la paix, tantôt en se réunissant, mais la plupart du temps en créant du mouvement ou de la transformation – qui me saisit, m’émeut, et me dynamise.

Le processus Jungien d’individuation consiste en premier lieu à différentier les contraires qui au départ sont unis mais inconscients pour ensuite les unifier à nouveau mais de manière consciente.

Il s’agit d’un processus de différentiation psychologique qui conduit au développement de l’individualité, c’est-à-dire être un avec soi-même plutôt qu’être divisé. Pour Jung :

« Il n’est pas de conscience sans la discrimination des contraires ». (1)

Sans cette différentiation, l’homme a une connaissance limitée de lui-même et vit le plus souvent dans l’illusion et l’ignorance. Il est naïf et unilatéral dans la mesure où il pense que la vie ne doit lui apporter que du bonheur, que seul ce qui est positif compte, que connaître son ego c’est se connaître en totalité, qu’être comme tout le monde procure le sentiment d’exister.

Sa pensée est dualiste (deux idées différentes opposées) : blanc ou noir, bon ou mauvais, science ou religion, etc., et il ne peut pas concevoir les contraires en lui comme des énergies complémentaires plutôt qu’opposées.

Il se comporte comme si les éléments de sa personnalité qu’il refuse de reconnaître n’existaient pas ou plus. En réalité, ces éléments existent par eux-mêmes dans l’inconscient, et du fait que l’ego les ignore, ils ont un pouvoir de vie autonome et contamine la conscience à son détriment sans qu’elle s’en rende compte.

D’où la nécessité d’entrer en relation avec son inconscient à la fois personnel et collectif. Comme écrit dans « Deux Mères » l’inconscient est considéré par Jung comme une source de vie, il voit toujours juste même si la raison consciente est aveuglée.

La fonction principale de l’ego est d’être conscient, de développer la conscience, ce qui signifie mieux se connaître et se connaître dans sa totalité.   Car l’inconscient veut pénétrer dans le conscient et s’y incorporer pour parvenir à la lumière, ce qui élargit la conscience.

En ayant un niveau de conscience plus élevé, l’homme devient capable de se hisser à un niveau moral plus élevé. Il est mieux averti de sa propre nature, plus vigilant et critique de lui-même, plus exigent envers l’éthique, peut discerner les fautes qu’il commet, et par conséquent il se laisse moins influencer par la tentation du mal.

En même temps, la relation avec l’inconscient permet de constater la présence de la divinité en nous et comment elle agit sur nous. Jung dit :

« Dieu agit à partir de l’inconscient de l’homme et contraint

celui-ci à chercher à harmoniser et

à unifier les influences constamment contradictoires

émanant de son inconscient,

auxquelles son conscient est sans cesse exposé ». (2)

Ainsi le processus d’individuation Jungien favorise une nouvelle expérience de relation entre le Moi et le Soi. Ce dernier est l’archétype de la complétude, de la totalité, c’est-à-dire la possibilité en nous d’être complet, un, en réunissant nos contraires de même que la possibilité de faire l’expérience de cette complétude et unité.

Apollon contribue à cette expérience puisque, comme nous l’avons vu, il symbolise la possibilité à réaliser l’harmonie et l’équilibre des contraires.

Comme l’a écrit mon collègue, « Le Soi représente l’Etre universel, l’Etre qui est imprégné de toutes les connaissances de l’univers, de tous les éléments de sagesse, de toute la lumière » (3)

Le processus d’individuation Jungien nous permet d’aller à la rencontre de cet Etre pour découvrir le secret de notre unité fondamentale et de notre familiarité avec tout ce qui est.

L’homme individualisé sait que son Moi conscient n’est plus le véritable centre de sa personnalité. Il ressent qu’un autre centre, le Soi, agit en lui et il a un sentiment d’appartenance et de communion avec l’essence du monde extérieur : il a pris conscience de sa dimension universelle.

Cette expérience se manifeste à l’homme individualisé par la révélation de son sens et elle influence le reste de sa vie. Elle est vécue comme une expérience de la totalité, comme les retrouvailles du Moi avec le Tout.

Ainsi, l’individuation Jungienne contribue à la connaissance de soi en profondeur et en totalité, à la connaissance du monde objectif, du monde universel ainsi qu’à la connaissance du monde subjectif, du monde individuel et elle fait naître une relation plus équilibrée entre le conscient et l’inconscient. Cette connaissance de soi prépare la voie à la connaissance des archétypes et du divin.

C’est ce que la maxime « Connais-toi toi-même et tu connaitras l’univers et les dieux » signifie.

Elle énonce une vérité psychologique qui a une signification universelle et éternelle puisqu’elle s’adresse à tous les humains de tous les temps et en tous lieux.

 

RÉFÉRENCES :

1) Jung, L’Âme et la vie, page 52

2) Jung, Réponse à Job, page 211

3) Guy Corneau, Victime des autres, bourreau de soi-même, page 344

 

 

 

Publié dans Non classé

DEUX MÈRES

 

« D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? »

Paul Gauguin, 1898 – Musée des Beaux-Arts, Boston

 

Gauguin a peint ce tableau à la fin de sa vie à Tahiti et il représente l’apogée de sa pensée concernant l’origine et le sens de la vie humaine. Il pose 3 questions qui sont fondamentales du point de vue psychologique.

On pourrait les phraser ainsi : est-ce que le passé est bien passé ? Est-ce qu’il affecte le présent et donc l’avenir ? Plus concrètement, comment s’est mise en place notre personnalité ? Est-ce que les affects du passé altèrent notre présent, et par conséquent notre avenir ?

Nous allons aborder cette œuvre d’art du point de vue de la psychologie Jungienne, et plus particulièrement la source de l’énergie vitale. Ce n’est qu’un enseignement parmi de nombreux autres que révèle cette peinture.

Concentrons-nous sur la partie droite du tableau avec les quatre personnages. Un enfant est allongé sur le sol, la tête tournée vers la droite et les jambes croisées. Un jeune couple peint de couleur claire lui fait face ; l’homme porte sa main droite au menton tandis que la femme porte sa main gauche à la bouche. Il a la tête droite alors qu’elle a la tête inclinée, et il croise les jambes comme l’enfant. Une femme corpulente, plus âgée, au torse dénudé et peinte de couleur foncée tourne le dos à l’enfant.

Cette description nous informe de la présence de similarités : deux femmes, croisement des jambes, comportement penseur, proximité de l’enfant, ainsi que de contraires : homme et femme, jeune et âgé, habillé et dénudé, couleur claire et foncée, droit et incliné.

Gauguin semble dire que la nature humaine est faite d’aspects similaires et d’aspects contraires. Par exemples, une petite fille peut avoir des ressemblances physiques et psychologiques avec sa mère, et chaque être humain est composé de contraires : force et faiblesse, masculin et féminin, positif et négatif, etc.

Maintenant, remarquons la figure féminine bleue à l’arrière plan gauche. Elle est en retrait, et pose comme si c’était une déesse. Pour le peintre, elle signifie l’au-delà, c’est-à-dire le monde supraterrestre ou céleste.

Si on interprète cette œuvre du point de vue de la psychologie Jungienne on comprend que :

1) le monde de l’au-delà correspond au monde au-delà de l’ego, de la conscience, c’est-à-dire l’inconscient.

2) au début de notre vie deux images différentes de mère sont présentes : la mère personnelle qui porte et donne naissance à la vie physique et la mère supra-personnelle ou archétypale qui donne naissance à la vie psychique.

Jung considère l’inconscient comme une source de vie. Ce dernier se comporte comme une mère envers la conscience.

«  La conscience ne se crée pas d’elle-même – elle provient de profondeurs inconnues. […] Elle est comme un enfant qui naît chaque jour de la matrice primordiale de l’inconscient » (1)

Pour Jung, l’inconscient vient en premier et la conscience suit. Les archétypes, ou possibilités de représentations, sont présents dans l’inconscient collectif.

« L’inconscient collectif contient la totalité de l’héritage spirituel de l’évolution de l’humanité qui nait à nouveau dans la structure du cerveau de chaque individu » (2)

 Autrement dit, les archétypes sont hérités, communs à tous les êtres humains, et existent depuis l’aube de la vie. Si nous prenons l’archétype « Mère », cela signifie que chaque être humain a la possibilité d’avoir une idée et/ou image de « Mère ». Cette idée/image est colorée par les interactions avec la mère personnelle.

Dans notre contexte, nous retrouvons ces deux mères : nous pourrions dire que la figure bleue correspond à l’image de la Mère archétypale, et la jeune femme face à l’enfant correspond à l’image de la mère personnelle.

Gauguin a compris qu’il existait deux sources différentes de vie, et il a représenté cette compréhension dans cette œuvre magnifique.

« D’où venons-nous » ? D’une matrice maternelle individuelle ainsi que d’une matrice maternelle universelle.

« Que sommes-nous » ? Une totalité faite de contraires : à la fois consciente et inconsciente, personnelle et générale.

« Où allons-nous »? La réponse à cette question dépend principalement de notre capacité à comprendre cette totalité, à la vivre en trouvant l’équilibre entre nos différents contraires.

REFERENCES:

(1) Jung, CW 11, paragraphe 935

(2) Jung, CW 8, paragraphe 321

 

 

 

Publié dans Non classé

L’ELECTION DE TRUMP

 

Voilà, c’est fait ! Trump a été élu président des Etats-Unis.  Qu’est-ce que cela signifie au niveau psychologique, vu sous l’angle Jungien ?

A 8h40 je vérifie la page Web de CNN, mais le résultat final n’est pas encore affiché.  Une heure plus tard je vérifie à nouveau et découvre que « C’est Trump ».  Je suis à la fois choquée et pas choquée.

Choquée qu’un homme qui s’accroche sans discernement à de fausses croyances, compréhensions, faits, etc., et ce, au mépris de la réflexion, du bon sens et de la morale, soit élu.  Avec toutes les conséquences négatives qu’un tel fonctionnement amène.

Mais pas choquée de constater une fois de plus que c’est l’ombre – ou l’inconscient négatif – qui gouverne (au sens littéral comme au sens figuratif), pas seulement au niveau individuel mais aussi au niveau collectif.

Comme je l’ai expliqué dans mon article « Satire, Satyre, ou Ça tire », l’ombre est faite des aspects inconscients que l’ego a soit refoulé soit ignoré.  Ces aspects sont à la fois négatifs et positifs, mais la plupart du temps ils sont surtout négatifs.  Et tout ce qui est inconscient et négatif est expulsé chez les autres au travers des projections – qui se font aussi inconsciemment.

En rejetant ce qui ne peut pas être accepté en nous, nous créons l’illusion d’être parfait, différent ou supérieur, d’avoir du pouvoir, mais en réalité il s’agit de perfection, supériorité et pouvoir malsains car leurs fondements sont négatifs, ce qui par conséquent contribue à la création d’un monde extérieur négatif.

Au niveau collectif, les projections donnent naissance aux guerres sous toutes leurs formes, à la création de boucs émissaires, aux confrontations entre partis politiques, institutions, états, etc., aux relations faussées entre collègues de travail, mari et femme, parents et enfants, etc., ainsi qu’à une perception erronée de la réalité.

C’est toute la société qui en pâtit.  Jung dit :

« L’ombre est un problème moral qui challenge la totalité de l’ego, parce que

personne ne peut devenir conscient de son ombre sans un effort moral considérable.

En prendre conscience implique la reconnaissance des aspects sombres de sa personnalité

qui sont présents et réels ». (1)

Celui qui rejette son ombre provoque

« Une dangereuse possibilité d’aberration du jugement moral,

caractéristique précisément de l’être chez qui la déficience morale entraine

une inflation intellectuelle ». (2)

L’évidence d’une aberration du jugement moral, ainsi que les contradictions, l’outrance, l’incohérence, a été largement produite tout au long de la campagne électorale de Trump.  Extérieurement, dans ses attaques contre les Mexicains, les femmes, les Musulmans, Hillary Clinton, etc., il a manifesté et projeté ses aspects négatifs intérieurs et inconscients.

Ces aspects ont trouvé une résonance avec les aspects négatifs de ceux qui le soutenaient.

Mais quels sont ces aspects négatifs ?

Le peuple en a plus que marre d’être bafoué, lésé, privé de ses droits, et ne supporte plus les  mensonges, les non sens, les injustices, l’impunité et l’absence de démocratie crées par ceux qui gouvernent.  En agissant ainsi, les gouvernants non seulement fonctionnent au niveau de leur propre ombre, mais favorisent aussi l’activation de l’ombre dans le peuple.

De plus, le fait que le FBI ait effacé les charges qui pesaient contre Hillary Clinton à propos de ses mails qui soi disant contenaient des évidences de sa mauvaise gestion d’informations classées secrètes, a contribué à renforcer le sentiment d’impunité et d’injustice chez les votants pour Trump.

La confirmation que ceux qui sont au pouvoir sont au-dessus des lois et du peuple ne peut qu’augmenter la colère, la frustration, et donc favoriser la manifestation de l’ombre.

Mais une nuance de taille est à préciser : l’ombre de Trump a coïncidé momentanément avec celle de ceux qui ont voté pour lui, y compris le collège électoral, mais il s’agit plus du problème personnel de Trump qui, au final, n’a rien à voir avec les votants.

Ses supporters ont cru que ce que Trump disait correspondait à ce qu’ils pensaient.  En réalité, Trump exprimait sa propre ombre sur la scène nationale, dévoilant ainsi son degré de possession par ses aspects négatifs inconscients.

A travers sa campagne il a montré son monde de vanité, de haine, d’arrogance, de mensonges, d’impertinence, de virulence, son mépris des normes démocratiques.  Avant de se lancer dans l’aventure présidentielle, l’homme a passé sa vie à tromper ses clients, ses investisseurs et ses entrepreneurs.  C’est un millionnaire de mauvaise réputation, qui dans ses nombreux discours et comportements, révèle un être avide (d’argent et de pouvoir), fallacieux, fanatique, narcissique et autoritaire.

En bref, c’est son ombre qui le gouverne (intérieurement) et donc c’est elle qui va gouverner (extérieurement).  Trump a fait une OPA sur le gouvernement américain.  Autrement dit, il a été élu pour son propre désir de pouvoir, ses intérêts financiers, et ce, au détriment de ceux mêmes qui ont voté pour lui. 

Il y a eu identification entre les deux mondes intérieurs – de Trump et des votants – mais dans le monde extérieur, matériel, économique, social, et financier, c’est l’opposition totale.

Cette élection a plus démontré la manipulation des forces obscures et subjectives – détruisant ainsi toute objectivité.  Comme pour tout autre dictateur, la seule et unique vérité égale la vérité subjective inconsciente de Trump.  L’inconscience à la place de la conscience.

Résultat : en ignorant le négatif, on lui donne les pleins pouvoirs ; c’est lui qui gouverne sans que l’on en ait la moindre idée.  D’où la nécessité d’apprendre à se connaître en profondeur – le fameux « Connais-toi toi-même ».  Cela commence avec chacun d’entre nous.

L’élection de Trump indique que la moitié du peuple 47,9% s’est identifiée à l’ombre, et l’autre moitié 47,3%, s’est identifiée au conservatisme.  La société américaine est donc divisée en deux parts égales. Cette identification au négatif est à la fois négative et positive.

Elle est négative parce qu’elle crée le mal et la destruction à tous les niveaux de la vie.  Elle ne permet qu’un fonctionnement intérieur et extérieur dans l’absolu et l’extrême – que je comparerais à un acte djihadiste.  C’est le même type de fonctionnement que celui de Daesh, mais sous une autre expression.

L’identification au négatif est positive, parce que toute division est un signe de névrose.  Comme Jung l’a expliqué, la névrose a un sens et un objectif : elle permet de prendre conscience de son ombre et donc de la corriger, et c’est à partir de l’ombre que se fait la lumière.  Une condition : avoir le courage de faire face au négatif. Dans le cas contraire, ce sont les circonstances extérieures qui forcent le névrosé à devenir conscient de son ombre. Mais à quel prix ?

Ma compréhension que l’élection de Trump est à la fois négative et positive s’accorde aussi avec les différents sens du mot anglais « trump » qui est un nom et un verbe.

En tant que nom, il signifie « a good fellow, a reputable person » c’est-à-dire un bon garçon, une personne fiable.  Dans un jeu de cartes, « a trump card » signifie un atout, et par extension, un coup de maître, un tour de force, un avantage décisif.  En tant que verbe, « to trump » signifie exceller, surpasser.

Mais avec l’ajout de la préposition « up », le verbe « to trump up » signifie « to fake up, to fabricate, to devise deceitfully, to play a trick » (3) c’est-à-dire respectivement, faire semblant, raconter des bobards, tromper, jouer un tour.

Au cas où Donald se serait inconsciemment identifié à son nom, il en résulterait que l’identification s’applique aux deux significations opposées.   Les questions majeures :

  1. laquelle des deux va prendre le dessus ?
  2. va t-il pouvoir devenir conscient de son ombre ?
  3. si oui, après combien de souffrances infligées ?

Il faut énormément de temps pour passer de l’ombre à la lumière, que ce soit au niveau individuel ou au niveau collectif.  En attendant, que se passe t-il ?

Un autre point crucial qui a son pesant d’or :

Malgré ses belles paroles et ses bonnes intentions, Obama n’a pas réussi à entériner un problème ancien et de taille : l’élimination du collège électoral, un système datant de l’esclavage et qui viole le principe de « 1 homme = 1 vote ».  Plus de 60% d’Américains souhaitent son abolition.

Contrairement en France où les électeurs votent directement pour le président, aux Etats-Unis, les électeurs désignent des représentants qui sont ensuite chargés d’élire le président.  Ces représentants – au nombre de 538 – forment le collège électoral.  Cette élection est donc au suffrage universel indirect.

Parmi les présidents récents, Obama était le mieux placé pour se débarrasser du collège électoral.  En arrivant au pouvoir en 2008, le Congrès était majoritairement démocrate. Un amendement à la constitution aurait été approuvé par une majorité du peuple.  Il aurait fait la bonne chose au bon moment, et elle aurait été en accord avec les valeurs mentionnées dans ses fantastiques discours, son travail passé auprès des Noirs.

En donnant du pouvoir au peuple Obama aurait montré :

  1. qu’il l’avait entendu et compris
  2. que ses paroles et actes étaient concordants.

Mais il a préféré écouter la voix des multimillionnaires qui sont contre la suppression du collège électoral.  Non seulement il a trahi l’ensemble du peuple américain, mais aussi ceux de sa race.

Son élection a boosté son ego, son importance, son charisme, mais qu’est-ce que le peuple en tire ? Du coup, la course pour l’argent et le pouvoir a créé une énantiodromie.

Jung nous explique l’énantiodromie : lorsqu’une énergie trop forte et unilatérale dans la conscience atteint son extrémité, cette énergie se transforme d’elle-même en son contraire inconscient.  

Au départ, une contre position – ayant la même force que celle de la conscience – s’établit dans l’inconscient et vient inhiber le fonctionnement conscient.  Mais avec le temps, cette contre position finit par percer le contrôle de la conscience et éclate au grand jour créant une mauvaise surprise tout à fait inattendue.

Le collège électoral a élu Trump, mais si on tient compte du vote populaire, c’est Clinton qui l’emporte, mais elle perd l’élection.  Démocratique ?

D’ailleurs ce n’est pas la 1ère fois qu’Obama contribue à la non élection d’Hillary.

Travailleur social dans les ghettos de Chicago, puis ses diplômes en poche, Obama devient avocat et enseigne le droit.  Il entre en politique en 1996 lorsqu’il est élu au Sénat de l’Illinois.  En 2004 il est élu au Sénat des Etats-Unis. Là, Hillary et lui font une fine équipe.

Hillary, qui brigue les élections présidentielles depuis longtemps, est impressionnée par le talent du jeune sénateur. Elle le prend sous son aile et le forme aux coulisses du pouvoir à Washington.

En 2008, après un engagement politique de toute une vie, à 61 ans elle se présente à l’élection présidentielle, mais elle est trahie par son protégé de 47 ans qui décide lui aussi de se présenter.  On connaît la suite de l’histoire : n’ayant aucune chance de gagner, Hillary se rallie à la candidature d’Obama.  Il la nomme Secrétaire d’Etat (l’équivalent du Ministre des Affaires Etrangères chez nous).

Là aussi, elle avait remporté le vote populaire !

Peut-on imaginer la souffrance d’une femme devant ces deux échecs cuisants ?  Surtout qu’ils ont été dus en grande partie à la présence et à l’absence d’un seul et même homme.

Est-ce parce que c’est une femme ? Parce qu’elle est blanche ? Sexisme et racisme inconscients ? Si oui, alors c’est l’ombre négative de Barack Obama qui a 1) permis l’élection de Trump et 2) joué un mauvais tour à la candidature d’Hillary.  Sans ce système archaïque électoral, Hillary serait aujourd’hui à la Maison Blanche.

L’exagération de l’énergie envers l’argent et le pouvoir exacerbe l’ombre et finit par provoquer son irruption ; c’est donc bien elle qui gouverne la conscience individuelle, et par conséquent, la conscience collective.

La même situation s’était produite en 2000 lorsqu’Al Gore avait gagné le vote populaire, mais George W. Bush avait été élu.  On a vu ce que ce dernier a entrepris en Irak qu’il nommait « axis of evil » (l’axe du mal) : l’opération « Desert Storm », la chasse obsessionnelle de Bin Laden, les mensonges concernant les armes de destruction massive, la chute de Bagdad et le vide laissé après le départ des troupes américaines.  Est-ce que ce vide a profité à la création de Daesh en 2006 ?

Là encore, un autre exemple qui montre la projection du négatif sur un autre état, et que c’était l’ombre qui gouvernait.  A quoi devons-nous nous attendre avec la nouvelle ombre au pouvoir ?

De ce côté de l’Atlantique, nous ne sommes pas mieux lotis.  Le peuple français aussi est dégoûté du fonctionnement des gouvernants, de l’impossibilité de l’Etat à se réformer, des abus de pouvoir, des injustices, de la rigidité, du manque de discipline et de discernement.  En bref, la rage fait rage.

Après le Brexit en Angleterre, c’est maintenant le Brexit aux USA.  Est-ce que ce « vent brulant » (4) va atteindre nos rivages en Mai 2017 lors de l’élection présidentielle ?

Ne nous voilons pas la face : les mêmes dynamiques conscientes et inconscientes s’appliquent à notre pays.  Et comme le veut une loi des séries : « jamais deux sans trois ».

 

REFERENCES :

(1) Carl Gustav Jung, Collected Works, 9ii, « L’Ombre », p. 8

(2) Michel Cazenave, « C.G.Jung : « Lettres sur les religions », Lettre à Erich Neumann p. 494

(3) Roget’s International Thesaurus, 3rd edition, Thomas Y. Cromwell Company, New York, 1962

(4) Jung, “Réponse à Job”, Buchet Chastel, Paris, p. 212

 

 

 

Publié dans Non classé

SATIRE, SATYRE, OU ÇA TIRE ?

CHARLIE HEBDO : UNE ANALYSE JUNGIENNE

 

PRÉFACE

 

« Pendant plusieurs années j’hésitai à publier ma « Réponse à Job », car j’étais bien conscient des conséquences de cette prise de position et de la tempête qu’elle déclencherait. Mais j’étais saisi par l’urgence et la difficulté du problème, et il m’était impossible de les rejeter.  Par conséquent, je me vis contraint d’aborder le problème dans sa totalité. […] Ce livre ne prétend être rien d’autre que l’interrogation d’un homme seul qui espère rencontrer chez ses lecteurs une approche réfléchie ». (1)

Comme Jung, je me retrouve dans la même barque quant à l’écriture de cet article. Cela faisait plusieurs années que je réfléchissais sur le problème de l’ombre et des projections, mais mes écrits restaient dans l’ordinateur.  C’est un sujet délicat et très peu s’y frottent.

Les attentats contre Charlie Hebdo m’ont donné la possibilité de ressortir ces écrits et de les adapter au contexte. C’était le bon moment de dire certaines choses qui ont besoin d’être dites, mais qui ne le sont pas, afin de donner une secousse à notre société pour progresser.

 

INTRODUCTION

Charlie Hebdo est un journal crée en 1970 après la fermeture de Hara-Kiri – « journal bête et méchant » – une autre publication soi-disant satirique interdite par le Gouvernement suite à un titre jugé scandaleux concernant la mort du Général de Gaulle. L’équipe de Hara-Kiri décide de contourner l’interdiction en faisant paraître sous un autre titre un journal intitulé Charlie Hebdo – l’allusion à Charles de Gaulle restant présente. 

Le journal n’inclut aucune publicité, donc sa vie dépend du nombre d’abonnés. La baisse des ventes amène l’arrêt de la parution de 1982 à 1992.  Puis une nouvelle équipe formée d’anciens journalistes et de nouveaux talents reprend le flambeau. Une société par actions est constituée, la SARL Kalachnikov.

La ligne éditoriale de Charlie Hebdo de Juillet 1992 se base soi-disant sur un sondage : « Nous avons fait un sondage représentatif de mille cons pour solliciter leur avis, et on a fait le contraire ». (2) Le 1er numéro est vendu à cent vingt mille exemplaires.

Le journal reprend « l’esprit Charlie » qui consiste à « pouvoir rire de tout, faire satire dans tous les sens, et à inciter à se battre pour une société plus humaine et sociale. Charlie doit être un instrument de lutte contre la connerie et dénoncer la bêtise en faisant rire ». (3)

Charlie Hebdo fait une large place aux caricatures politiques et religieuses. L’alliance de ces deux domaines crée une position à part puisque Etat et religion ne sont pas séparés.  Mais le journal défend, en théorie, la laïcité.

La pensée collective croit que tout le monde y passe quels que soient le courant politique et la religion. Cependant, le journal a rarement caricaturé le Judaïsme, les régimes despotiques, les Noirs ou autres races non blanches, la démocratie, l’esclavage moderne, etc.

Charlie Hebdo fait aussi une large place au sexe à la fois explicitement et implicitement.  Dans ce dernier cas, si vous prenez par exemple la une disant « Tout est pardonné » et que vous retournez le journal à l’envers, vous remarquerez qu’il y a 2 verges : 1 faite du turban avec la tête et 1 faite des yeux avec le nez.

Tout est pardonné

Au passage, Charlie Hebdo discrédite et rabaisse la femme.  

Le journal se pose en défenseur de la liberté d’expression applicable à tout et sans limite. Certains croient qu’il est le symbole d’une presse libre et objective, et qu’en créant des débats suite à ses satires Charlie Hebdo participe à la démocratie et améliore la société. 

Une autre qualité attribuée au journal est la solidarité.  En 2006, France Soir avait publié en premier les caricatures de Mahomet qui avaient été réalisées par des dessinateurs Danois.  Charlie Hebdo décida « par principe et par solidarité » de les publier aussi en ajoutant sur la page de couverture un dessin de Cabu montrant Mahomet qui se prend la tête dans les mains et dit : « C’est dur d’être aimé par des cons ».  Cette phrase est devenue le titre d’un film, donnant ainsi plus d’étendue au journal et à l’esprit Charlie.

Aime par des cons Alors pourquoi les attentats du 7 Janvier 2015 ? Charlie Hebdo se conçoit comme un journal satirique, mais est-ce bien de satire dont il s’agit ? Charlie Hebdo prétend être humoristique, mais est-ce bien de l’humour ? Charlie Hebdo dit qu’il défend la liberté d’expression, mais le fait-il vraiment ?

Qu’est-ce que Charlie Hebdo est exactement ?

 

PARTIE 1 : SATIRE

J’ai lu le numéro « Tout est pardonné » paru après les attentats et je me suis demandée : qu’est-ce que je tire de cette lecture ?

Dans l’ensemble le journal s’exprime non pas avec détachement mais avec lourdeur, insistance ; non pas avec amusement mais avec ennui et tourment.  Aucun effet comique n’est produit de même qu’aucune sérieuse interrogation. Je me suis alors posée une seconde question : qu’est-ce exactement qu’une satire ?

Ma réflexion m’a amenée à considérer d’autres définitions, des articles de presse,  et des articles sur le Web.  Ils ont nourri mon questionnement et ma compréhension de « l’esprit Charlie ».   

 

QU’EST-CE QU’UNE SATIRE ?

Larousse : a) « Pièce de vers où l’auteur attaque les vices et les ridicules de son temps ; b) Pamphlet ordinairement mêlé de prose et de vers, dans lequel on s’attaque aux mœurs publiques ; c) Ecrit, propos, œuvre par lesquels on raille ou on critique vivement quelqu’un ou quelque chose ».

Wikipédia : « C’est une œuvre dont l’objectif est une critique moqueuse de son sujet – individus, organisations, Etats, etc. – dont l’intention est de provoquer ou prévenir un changement, ou de porter à réfléchir ».

Vous remarquerez que, dans l’ensemble, les définitions parlent de textes écrits plutôt que de dessins, et que les mots « rire, humour » ne sont pas inclus. Par contre, ceux qui reviennent sont « moquer, attaquer ».  Moquer signifie « tourner en ridicule, traiter comme un objet de dérision ou de plaisanterie » selon le Petit Robert.

Parmi les dix définitions du Larousse pour attaquer, quelques unes sont pertinentes ici : a) « Exécuter une action offensive contre un groupe, un pays, etc. ; b) Critiquer quelqu’un, son œuvre, son action, les prendre à partie ; contenir des accusations ».

Si les mots concernent la satire, les dessins concernent la caricature. Contrairement à la satire qui ne contient pas d’humour, la caricature en contient, et dans ce cas, elle fait simplement rire, elle n’attaque pas.  Mais elle peut aussi être satirique. Dans ce cas, elle partage le même objectif que celui de la satire = faire réfléchir, provoquer un changement. Pour Charlie Hebo, toutes les caricatures sont des satires.  

Puis je me suis penchée sur le sens du mot humour.  D’après Wikipédia : « Au sens large, une forme d’esprit railleuse qui s’attache à souligner le caractère comique, ridicule, absurde ou insolite de certains aspects de la réalité ».

Lorsqu’il s’agit de faire rire, l’humour facilite la compréhension des autres, favorise les relations interpersonnelles, et réduit la tension.  C’est le cas, par exemple, des Chevaliers du Fiel avec leur sketch « La Brigade des Feuilles ». Le public est au rendez-vous : les salles sont pleines et le rire est permanent.

Tout le monde n’est pas sensible au même type d’humour, et son expression peut être différente d’une culture à l’autre.  Ce qui est perçu comme humoristique pour l’une peut être considéré comme une insulte par l’autre.  L’intelligence, la sagesse et le respect de l’autre voudraient que ce facteur soit pris en compte.  Soeur EmmanuelleQu’est-ce qu’il y a d’hilarant de voir une caricature de Sœur Emmanuelle disant  sur terre, elle se « masturbe » et au paradis elle « suce des queues » ? Si le but d’une satire est de faire réfléchir, quelle réflexion tire t-on de ce dessin ?

Comment est-il possible de faire rire en attaquant par la moquerie ? Est-ce que se moquer de, et attaquer quelqu’un amène ce quelqu’un à réfléchir ? Et si un changement est provoqué, est-il positif ou négatif ?

Souvent, le but psychologique de celui qui se moque est d’abaisser l’autre pour se rehausser – ce qui généralement indique une pauvre estime de soi. Celui qui est moqué va ressentir de l’humiliation, de la dévalorisation, de l’injustice, ou alors peut être tétanisé. Ces réactions vont en retour provoquer de la colère, un désir de justice, de revanche, voire de violence.  Donc tout le contraire de ce que le journal cherche à promouvoir : une « société plus humaine et sociale » et une « lutte contre la connerie ».  Je vois là une contradiction de taille entre « l’esprit Charlie » et sa manifestation.

De quoi s’agit-il exactement ? Insulte, diffamation, blasphème, médisance, injure, offense, outrage, calomnie, etc. 

Tous sont négatifs et tous constituent une atteinte à l’honneur, la dignité, le respect, et leur but est de blesser intentionnellement.  En bref, il s’agit d’un viol de la conscience, ce qui est grave car, comme nous allons le voir plus loin, les projections font mal et font du mal.

Concernant le blasphème, il n’a un sens que du point de vue des religions, mais Charlie Hebdo soutient le droit au blasphème. Le Larousse le définit comme :

 « Une parole ou discours qui outrage la divinité, la religion, ou ce qui est considéré comme respectable ou sacré ».

Les religions interdisent le blasphème envers Dieu et les croyances d’une religion donnée, et elles considèrent les injures ou diffamations envers le religieux comme une volonté d’agression délibérée, un rejet de l’autre et de ses valeurs.

Le blasphème étant une notion strictement religieuse, il n’existe pas dans l’ordre juridique, donc il n’y a pas de droit au blasphème.

La Déclaration des Droits de l’Homme de 1789 a aboli la notion de blasphème dans le droit français, mais elle retient la sanction lorsqu’il y a abus ou trouble de l’ordre public.  

« Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi ».

Et un autre article stipule :

« La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi ».

Cette définition de la liberté d’expression est bureaucratique parce qu’elle permet à toute personne d’une administration de l’interpréter selon son bon vouloir, son « appréciation » (subjectivement). Et chacun sait les stéréotypes qui caractérisent la bureaucratie. La loi et l’application de la loi sont deux choses différentes.

La liberté d’expression – comme toute liberté – n’est pas un droit absolu car elle a des limites, notamment l’ordre public.  Insulter le sentiment religieux de quelle que religion que ce soit et attaquer un groupe de personnes en raison de leur appartenance religieuse n’est pas constructif. Pouvez-vous mentionner un seul exemple dans le monde et dans l’histoire qui prouve le contraire ?

Charlie Hebdo défend la liberté d’expression mais n’accepte aucune limite, donc il transgresse le droit d’expression et l’abuse. Il a dépassé les limites en troublant l’ordre public. 

La liberté d’expression et la licence journalistique ne sont pas la même chose. Où se termine la première et où commence la deuxième ? Est-ce que les journalistes se sont penchés sérieusement sur cette question ?

S’il est ravageur d’insulter le sentiment religieux, d’inciter à la haine religieuse, alors pourquoi Charlie Hebdo le fait-il ? Le pire, c’est qu’ils insultent même leurs lecteurs qu’ils prennent pour des « cons ».  Tout le monde y passe, sauf eux. 

Soit ils n’ont pas compris ce que satire signifie dans sa totalité, soit ils se contredisent, soit il y a un autre problème, soit les trois.

En plus du fait qu’une satire n’est pas humoristique, Charlie Hebdo n’utilise que la première partie de la définition – « une critique moqueuse de son sujet »  – et modifie l’objectif de la satire – au lieu de « faire réfléchir », on attaque et on blesse. Charlie Hebdo n’accomplit que la moitié du sens de satire, prend une partie pour le tout, et déforme le sens du mot satire, donc  il ne s’agit pas d’un journal satirique.  Par comparaison, le Canard Enchaîné l’est.

En croyant que toute caricature est  automatiquement satirique – ce qui n’est pas le cas – Charlie Hebdo fait preuve d’amalgame et d’un manque de réflexion et de distinction.

En faisant des blagues de mauvais goût, Charlie Hebdo ne fait pas rire. En réalité, il s’agit plus de scatologie préadolescente que de satire et d’humour. Scatologie vient du Grec skôr qui signifie « excrément » et logos qui signifie « parole ».  

En insultant les musulmans et leur religion, Charlie Hebdo ne lutte pas contre la connerie. Contradiction.

Conclusion : absence d’humour + absence de réflexion =  absence de satire, donc l’esprit Charlie manifeste autre chose que la satire

 

CELA NE DATE PAS D’AUJOURD’HUI et ILS S’EN TIRENT

Déjà en 2006 Charlie Hebdo avait délibérément offensé les convictions des adeptes islamiques en publiant les caricatures de Mahomet réalisées par des dessinateurs Danois. L’indignation au Danemark – et dans le reste du monde – a été telle qu’elle a amené le journal à présenter ses excuses. Un tel geste démontre à la fois du civisme et une maturité d’esprit.  Mais en France, pas d’excuse.

Charlie Hebdo a choisi d’être solidaire avec France Soir. La solidarité caractérise des personnes qui ressentent une responsabilité et une obligation morale d’assister une autre personne et réciproquement. En quoi ont-ils assisté France Soir ? Quelle obligation morale ? Au lieu de répéter les offenses créées par les Danois, pourquoi n’ont-ils pas cherché au contraire à apaiser le feu ?

Ils ont été solidaires avec les journalistes Danois en publiant leurs caricatures, mais s’ils étaient vraiment solidaires ils auraient publié aussi leurs regrets. Donc Charlie Hebdo n’est solidaire que lorsqu’il est en accord avec quelque chose.  Etre à moitié solidaire n’est pas être solidaire. Prendre une partie pour le tout démontre un manque de distinction et de la malhonnêteté intellectuelle. On retrouve ce mode de fonctionnement à propos de la satire.

Résultat : l’Union des Organisations Islamiques de France, la Grande Mosquée de Paris et la Ligue Islamique Mondiale attaquent Charlie Hebdo en justice.  La Fédération des associations islamistes d’Afrique, des Comores et des Antilles a assigné Charlie Hebdo et France Soir en justice pour incitation à la haine raciale,  mais le tribunal a rejeté la plainte.  Le Conseil Français du culte musulman a tenté une procédure d’urgence demandant la saisie de ce numéro, mais il a été débouté pour vice de forme, parce qu’en plus des caricatures un dessin de Cabu figurait en première page.

Les organisations qui ont fait appel ont vu leurs plaintes jugées irrecevables, sauf pour l’Union des Organisations Islamiques de France. La justice a considéré que les caricatures ne s’en prennent pas à l’Islam mais au fondamentalisme islamiste.  Où s’exprime t-il dans les dessins ?

Si dans la tête de Charlie et des juges tous les musulmans sont fondamentalistes (le tout pour partie), alors il est possible d’attaquer les musulmans du monde entier. Et cette carte blanche donne une excuse à la justice pour ignorer les droits des musulmans.

Si on comprend fondamentalisme comme « l’attachement strict aux principes originels d’une religion », (4) pourquoi juger cet attachement ? Il existe également dans les autres religions. Ne s’agirait-il pas de l’attitude fondamentaliste de Charlie Hebdo ? Pourquoi sont-ils tant attachés à attaquer les musulmans ? On pourrait dire que leur anti-fondamentalisme est extrêmement fondamentaliste.

La justice a jugé que le dessin représentant Mahomet avec une bombe dans son turban était « pris isolément, de nature à outrager les adeptes de cette religion, choquant ou blessant pour les musulmans » mais que « le contexte et les circonstances de sa publication dans le journal Charlie Hebdo, apparaissent exclusifs de toute volonté délibérée d’offenser directement et gratuitement l’ensemble des musulmans » et « que les limites admissibles de la liberté d’expression n’ont donc pas été dépassées ». (5) Le journal et son directeur sont relaxés.

« Exclusifs de toute volonté délibérée d’offenser directement et gratuitement » ? Comment prouver l’existence d’une telle volonté ? Est-ce à celui qui accuse de démontrer la volonté d’offenser de l’accusé ? Si oui, est-ce à dire que si les musulmans et la justice n’ont aucune preuve de la volonté délibérée de Charlie Hebdo d’offenser, alors Charlie est relaxé ? Si je dis quelque chose qui provoque le désordre public – ce qui est contraire à la loi –  et que personne ne peut prouver mon intention délibérée, alors je ne suis pas condamnée ?

Danger : car le désordre est un fait en lui-même, et le provoquer est aussi un fait en lui-même. Le bon sens et la logique voudraient que ce ne soit pas seulement ma volonté qui soit prise en compte, mais les faits, les conséquences, les actes.  Et d’après eux, je devrais aller en prison.  Sinon, n’importe quel criminel peut dire « je n’avais pas la volonté délibérée d’assassiner mon voisin » et il est relâché.

Autrement dit, ce sont les faits et leurs conséquences (aussi des faits) qui devraient être considérés. En plus des faits de Charlie Hebdo, toutes les réactions outragées et révoltées dans le monde, et toutes les plaintes déposées sont aussi des faits.

Parce qu’un journal est soi-disant satirique – alors qu’il ne l’est pas – il a le droit d’injurier, d’offenser, d’attaquer ? Est-ce qu’outrager, choquer et blesser les musulmans et leur religion est satirique ? Ces attaques ne s’adressent-elles pas directement aux musulmans ? 

Et le fait que ces attaques soient répétitives n’indique t-il pas une volonté/intention de la part de Charlie Hebdo ? La répétition suggère l’obsession – une forme d’attachement –  qui traduit aussi une intention. La loi s’obstine à prouver l’intention, ce qui à l’évidence est difficile à prouver. Charlie Hebdo profite de ce fait.

Gratuitement veut dire sans contrepartie. Mais toutes les plaintes déposées, le trouble à l’ordre public ne sont-ils pas des contreparties aux attaques de Charlie Hebdo ?  On parle d’un acte gratuit lorsqu’il n’apporte de bénéfice à personne. Les provocations délibérées n’ont pas été bénéfiques pour les musulmans, et au final elles ne l’ont pas été pour Charlie Hebdo.

Mais en quoi les offenses directes et gratuites ont-elles été bénéfiques pour Charlie Hebdo avant le jour fatal ?  Objectivement, elles ont permis à ceux qui ont acheté le journal de le financer. Il se peut que les juges aient pensé que Charlie Hebdo n’était pas payé pour insulter les musulmans.  Mais à vrai dire, il l’était bien : par ceux qui ont acheté le journal.  Il est en vente pour 3 Euros.

De plus, si on comprend gratuité comme ce qui n’a pas de motivation rationnelle, alors cela nous amène directement au problème de l’ombre et des projections comme nous allons bientôt le voir. Donc subjectivement, il s’agit d’un bénéfice pour Charlie Hebdo.

Est-ce que la justice s’est penchée sur le sens entier du mot satire ? Ce qui passe pour une satire sert à tout justifier.  Autrement, comment la justice peut-elle ignorer dans sa décision les faits mentionnés ci-dessus ?

Il existe une expression anglaise qui parle d’elle-même en image : « You can’t make chicken salad out of chicken shit » ce qui signifie qu’il est impossible de créer quelque chose de sain à partir de quelque chose de malsain.

C’est exactement ce que le système judiciaire fait dans le cas de Charlie Hebdo.  Ainsi la justice démontre son incapacité à différentier entre subjectivité et objectivité (les faits), et donc elle devient arbitraire et injuste. Si Charlie avait insulté le Judaïsme et que les Juifs portent plainte, est-ce que la justice l’aurait rejetée ? 

La loi sur la liberté d’expression a grand besoin d’être réévaluée, non seulement en terme d’objectivité, mais aussi de façon à s’adapter aux changements actuels.

« Les limites admissibles de la liberté d’expression n’ont donc pas été dépassées » ?  Pourquoi la justice a t-elle considéré ce cas de manière partiale et unilatérale ? Elle a pris en compte une partie de la loi concernant la liberté d’expression mais elle a ignoré l’autre partie de la loi à propos des restrictions concernant la liberté d’expression.

L’Article 10 de la Convention Européenne des droits de l’homme stipule :

«  Toute personne a droit à la liberté d’expression. […] L’exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à l’intégrité territoriale ou à la sureté publique, à la défense de l’ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d’autrui ».

Si les provocations de Charlie Hebdo n’étaient pas une menace à l’ordre public, alors pourquoi y a t-il eu trouble à l’ordre public ? En appliquant mal la loi, la justice fait arriver exactement ce que la loi interdit : trouble à l’ordre public.  Enorme contradiction.

Ainsi, « N’offense t-elle pas directement et gratuitement » ? Une « société plus humaine et sociale » ?  Autrement dit, la justice fait exactement ce qu’elle dit que Charlie Hebdo ne fait pas.

Mais me direz-vous, pourquoi la justice condamne t-elle Dieudonné pour diffamation, injure et provocation à la haine raciale alors qu’elle l’accepte pour Charlie Hebdo ? Pourquoi ses spectacles n’ont-ils pas pu avoir lieu alors que le numéro de 2006 avec les caricatures de Mahomet n’a pas été saisi ?

Charlie Hebdo a dépassé les limites de la loi, mais mystérieusement il s’en tire. Et par dessus-tout, le gouvernement leur verse une grosse somme pour assurer leur pérennité, même si soi-disant il n’y a plus de sous dans les caisses. Cela revient à encourager la pérennité de comportements destructeurs. Le monde à l’envers.

En 2006, le journal avait déjà reçu des menaces suite à la publication des caricatures de Mahomet.  En 2011, le siège du journal a été incendié et leur site piraté suite à la parution de « Charia Hebdo ».  Ils ont reçu des lettres de protestation, de menaces et d’insultes sur les réseaux sociaux, lettres qu’ils s’apprêtaient à donner à la police, mais voilà le feu a dévasté le système informatique. 

N’importe quel individu sensé établirait des liens et se remettrait en question, car il n’y a pas de fumée sans feu. Alors pourquoi sont-ils incapables d’apprendre du passé, de tirer les bonnes conclusions, et de se remettre en question ?

La réponse à ces questions tient en grande partie à l’influence de l’inconscient dans la conscience ; il contrôle bon nombre de nos pensées, paroles, ressentis, décisions, actions, et ce, souvent à notre détriment – et par conséquent au détriment des autres – et sans que nous nous en rendions compte. 

Sous le couvert de la satire, le message de Charlie Hebdo est « Tout est permis ». Si tout est permis, il n’y a pas nécessité de se remettre en question, et encore moins de questionner ce que disent les autres. Aucune responsabilité n’est demandée.  Mais en ne se remettant pas en question, Charlie Hebdo se laisse contrôler par son ombre et ses projections, ce qui est un troisième problème.  Il n’a pas conscience de ce phénomène psychique qui le domine.

 

OMBRE ET PROJECTIONS

En psychologie Jungienne, l’ombre est faite des aspects inconscients, à la fois positifs et négatifs, que l’ego (6) a soit refoulé soit ignoré. Ces caractéristiques personnelles non reconnues en soi sont reflétées chez les autres au travers des projections qui sont un mécanisme psychologique automatique et inconscient :

 « C’est l’expulsion d’un contenu subjectif dans un objet. […] Le sujet se débarrasse de contenus douloureux et incompatibles en les projetant ». (7)

La plupart du temps, les contenus des projections – l’ombre – consistent de désirs refoulés, d’impulsions barbares, d’idées moralement inférieures, de ressentiments, de fantasmes infantiles, etc. – toutes ces choses que nous ne voulons pas voir en nous car incompatibles avec notre idée de nous-mêmes ou notre sens de perfection.

Toute projection appauvrit notre personnalité et nos relations car celles-ci baignent dans un état de « participation mystique », c’est-à-dire un manque de différentiation entre sujet et objet.  Autrement dit, c’est à l’autre que nous attribuons nos propres défauts ; ainsi, notre problème devient celui des autres. 

En rejetant ce qui ne peut pas être accepté en nous, nous créons l’illusion d’être parfait, différent ou supérieur, d’avoir du pouvoir, mais en réalité il s’agit de perfection, supériorité et pouvoir malsains car leurs fondements sont négatifs, ce qui par conséquent contribue à la création d’un monde extérieur négatif.

Au niveau collectif, les projections donnent naissance aux guerres sous toutes leurs formes, à la création de boucs émissaires, aux confrontations entre partis politiques, états, institutions, etc., aux relations faussées entre collègues de travail, mari et femme, etc., ainsi qu’à une perception erronée de la réalité. C’est toute la société qui en pâtit. Jung dit :

« L’Ombre est un problème moral qui challenge la totalité de l’ego, parce que personne ne peut devenir conscient de son ombre sans un effort moral considérable. En prendre conscience implique la reconnaissance des aspects sombres de sa personnalité qui sont présents et réels ». (8)

Par contre, celui qui rejette son ombre provoque

« Une dangereuse possibilité d’aberration du jugement moral, caractéristique précisément de l’être chez qui la déficience morale entraine une inflation intellectuelle ». (9)

Les projections font mal et font du mal.

« En fait, toutes les projections sont comme des projectiles, des projectiles psychiques.  Quand quelqu’un projette sur nous, c’est comme si nous étions atteints par un coup ».  (10)

Celui qui reçoit les projections est réduit à n’être que ce que nous lui attribuons.  Le « que ce que » est alors … une caricature provenant de l’inconscient. Etant donné que le plus souvent ce qui est projeté est négatif, la réalité du receveur est faussée, ignorée, pillée – comme un viol de la conscience.  C’est le coup qui fait si mal.

Mais le receveur n’est pas que celui qui a les traits de caractère que nous lui attribuons à travers nos projections, il est  bien plus que cela : tout ce que nous n’avons pas encore vu en lui.

Pour celui qui projette, tant que les aspects de l’ombre restent inconscients, et donc projetés, il est impossible de les intégrer dans la conscience. Et pour celui qui reçoit, il est impossible d’être reconnu pour ce qu’il est.  Ainsi se produit une dépendance pour le projeteur envers le receveur afin de maintenir les projections.

Pour qu’une projection fonctionne il faut qu’il existe un « crochet » chez le receveur, c’est-à-dire qu’une partie ou la totalité de la projection trouve une résonnance en lui, quelque chose qui lui parle et lui semble vrai.  Sa réaction initiale sera faite de colère ou de déni parce qu’il n’accepte pas les aspects négatifs qui lui sont attribués. Mais la résonnance et la réaction indiquent qu’il n’est pas conscient de ses propres aspects négatifs.

S’il arrive que celui qui reçoit les projections demande à être vu différemment de ce que l’autre projette sur lui, alors une dissonance, et donc un conflit, se produit dans la perception de celui qui projette.  Trois réactions sont possibles pour le projeteur :

1)    Il prend conscience de ses projections et les accepte dans sa conscience, ce qui amène un changement d’attitude mentale et de comportement, et donc une perception plus réaliste de lui-même et de l’autre.

2)    Il refoule sa réaction de voir l’autre tel qu’il est, c’est-à-dire qu’il dénie la réalité de sa perception, et donc il continue de projeter.

3)    Il va chercher à contrôler l’autre par plusieurs moyens, comme la colère, la désapprobation, le blâme, la condamnation, la menace, ou alors il va bouder, laisser tomber, ou alors il va chercher à « acheter » l’autre ; donc il continue de projeter, mais en faisant double mal à l’autre.

Nous excellons dans l’art de mettre le négatif en avant – surtout chez les autres – mais nous sommes incapables de l’accepter en nous et de le transformer. Il est plus facile de voir les défauts chez l’autre que les siens propres. C’est ce que « voir la paille dans l’œil du voisin et ne pas voir la poutre dans le sien »  signifie.

D’où l’importance d’apprendre à mieux se connaître afin de retirer nos projections, et de percevoir la réalité telle qu’elle est, et non pas comme nous aimerions qu’elle soit ou déformée par nos fausses perceptions.  Malheureusement, c’est lorsque les circonstances de la vie nous mettent au pied du mur, et lorsque la souffrance devient insoutenable que nous commençons à nous questionner. C’est ce qui serait bénéfique à Charlie Hebdo après les attentats. Est-ce qu’il est capable de relever ce défi ?

 

PROJECTIONS DE CHARLIE HEBDO 

Maintenant que vous avez compris comment fonctionnent les projections, voyons celles qui concernent Charlie Hebdo. Elles se révèlent dans les contradictions, le manque de réflexion et de distinction, les déformations, l’unilatéralité, les illusions.

Consciemment ils se considèrent comme des génies du rire, de la satire, mais quelque part dans l’inconscient ils savent qu’ils n’en sont pas. Ils cherchent donc à se débarrasser de leur propre négativité inconsciente, et à s’absoudre de la culpabilité qui en résulte en attribuant leur infamie aux musulmans.

  Faut pas se moquerArretez de deconner

 

 

 

 

 

 

 

Par exemple, ils donnent des commandements à leurs lecteurs « Faut pas se moquer » et « Arrêtez de déconner sur Mahomet » qu’ils mettent dans la bouche des musulmans, alors qu’en fait ces commandements s’appliquent aux journalistes eux-mêmes.  C’est l’inconscient qui parle à travers leur bouche. De cette façon, ils pensent que 1) ils sont libérés de toute pensée et action viles ; 2) tout le monde va éclater de rire ; 3) ils n’ont pas à prendre la responsabilité de leurs projections.

Coups de fouet + Charia

Autre exemple paru dans le numéro du 2 Novembre 2011 : dans l’inconscient ils savent qu’ils font du mal aux autres, que faire du mal ne fait pas rire, et qu’en général il y a un prix à payer. Donc là encore ils rejettent leur négativité ainsi que la responsabilité des conséquences. Ils savent qu’ils méritent « 100 coups de fouet », mais ils s’en débarrassent en les attribuant non seulement au prophète et aux musulmans, mais aussi indirectement aux lecteurs.

En rebaptisant le journal « Charia Hebdo », ils déforment le sens du mot « charia » en faisant l’amalgame de la définition au départ religieuse, qui signifie « le chemin pour respecter la loi de Dieu » et la définition politique qui signifie « loi » dans le droit musulman. (11) C’est un autre exemple où ils ne font pas la distinction.  Défendent-ils la laïcité de cette manière ?

En s’appropriant un pouvoir à la fois religieux – comme si leurs paroles étaient gravées dans la pierre – et un pouvoir politique – comme si c’était eux qui faisaient la loi – inconsciemment ils rejettent leur infériorité. Ces appropriations leur confèrent un sentiment de supériorité, mais c’est une illusion. Et seul un soulagement temporaire est produit.

Si quelqu’un attaque Charlie Hebdo sur le plan politique, il se défend à l’aide de la satire. Si quelqu’un l’attaque sur le plan religieux, il se défend aussi à l’aide de la satire. Ainsi, ils se permettent de gagner sur tous les tableaux. Vouloir le beurre et l’argent du beurre démontre de l’unilatéralité,  un manque de distinction, et une attitude immature. Là encore, la satire permet de tout justifier et de légitimiser, alors que le journal n’est pas satirique. 

En s’appropriant des pouvoirs qui ne leur appartiennent pas, ils s’octroient le droit d’être au dessus des lois, et de surcroît de se considérer comme 1) supérieurs au prophète qu’ils rapetissent comme un handicapé dans une chaise roulante et 2) des « Intouchables ». 

Intouchable signifie que l’on ne peut pas toucher, à la fois intangible et qui ne peut pas être affecté.  Au  sens figuré, un intouchable est celui « qui ne peut être l’objet d’aucun blâme, d’aucune sanction ». (12)

S’ils ne peuvent/veulent pas être affectés, cela indique qu’ils fonctionnent comme des machines – des robots faits d’automatismes et sans sensibilité – et qu’ils refoulent tout ce qui peut les affecter négativement.  Cependant, tout ce qui est refoulé appartient à l’inconscient personnel et devient une ombre autonome. Moins elle est incorporée dans la conscience, plus elle est noire, intense, et autonome, et par conséquent projetée sur les autres, et ce, en proportion de sa noirceur et de son intensité. C’est donc l’inconscient qui gouverne.

Ce sentiment d’être intouchable est conforté par les décisions de la justice.  Depuis sa réapparition en 1992, le journal a fait l’objet d’environ cinquante procès. Sur la totalité, 75% des verdicts ont été favorables au journal. Ce résultat contribue à renforcer leur intouchabilité, mais en même temps il crée un sentiment d’injustice pour ceux qui ont intenté les procès, et pour ceux qui ont subi les attaques.  

Parmi les trois réactions du projeteur citées ci-dessus, c’est apparemment la deuxième qui l’emporte majoritairement pour Charlie Hebdo, ainsi que la troisième mais en partie.  Ainsi, nous assistons à un véritable dialogue des ombres – de sourds et d’aveugles – reflétant tel un miroir les projections entre Charlie Hebdo et les musulmans.

Charlie projette ses projections négatives sur les musulmans, les musulmans projettent leurs projections négatives sur Charlie, qui en retour projettent sur les projections des musulmans, qui eux aussi projettent sur les projections de Charlie.  Bref, un cercle vicieux infernal, sans fin et sans solution.

Si « Tout est pardonné » (autrement dit « Tout est permis ») par la justice, Mahomet, les lecteurs, et par Charlie Hebdo lui-même, alors la voie est libre pour continuer de projeter, de croire en sa supériorité, et de se sentir intouchable.  Une telle attitude correspond à l’infatuation – une autre manifestation négative de Charlie Hebdo.

 

PLUS GRANDS QUE TOUS

L’infatuation est l’expression du pouvoir de soi en conflit (entre être et croire être) et elle compense toujours un sentiment d’infériorité qu’il soit conscient et/ou inconscient.  Il y a conflit parce que la satisfaction excessive et l’admiration ridicule qu’un sujet éprouve pour ce qu’il croit être s’expriment par trop de prétention.

La psychologie Jungienne nomme cet état d’esprit une « inflation psychique », c’est-à-dire « une extension de la personnalité au-delà de ses limites particulières ». (13)

« Dans cet état, l’homme s’approprie des contenants et des qualités, qui normalement existent par eux-mêmes, et doivent par conséquent rester en dehors de ses limites. Ce qui existe en dehors de lui appartient soit à un autre, soit à tout le monde, soit à personne. […] Il a usurpé des qualités qui ne sont pas à l’intérieur de lui mais à l’extérieur. L’Etat c’est moi est sa devise ». (14)

Cet état de gonflement est un symptôme de possession psychologique qui indique la nécessité d’assimiler des contenus inconscients et de se dés-identifier d’un faux-moi.

Pour Jung, l’inflation psychique est toujours égocentrique. Une telle conscience n’est

« Consciente que de sa propre existence. Elle est incapable d’apprendre du passé, incapable d’apprendre des évènements présents, et incapable de tirer les bonnes conclusions quant au futur. Elle est hypnotisée par elle-même et par conséquent ne peut se remettre en question, […] et ainsi perd la faculté de discrimination, qui est la condition sine qua non de toute conscience. Elle se condamne inévitablement à des catastrophes qui risquent de la détruire d’un seul coup ». (15) 

Ces deux citations nous éclairent sur le fonctionnement psychologique de Charlie Hebdo : il y a un décalage entre objectif et subjectif, intérieur et extérieur, supérieur et inférieur, positif et négatif, ce qui se traduit par un autre décalage : chronologiquement et physiquement Charlie est adulte, mais psychologiquement et mentalement il est préadolescent. 

La réalité subjective : ils sont persuadés de faire de l’humour et de la satire, d’être des génies intouchables – mais tous les autres sont des cons -, de contribuer à une meilleure société, de défendre sérieusement la liberté d’expression et la laïcité, que l’esprit Charlie ne fait pas de mal et est un « état d’esprit à avoir ». (16) C’est la grande illusion.

Faire preuve de mépris, d’insensé, d’absurde, d’un manque de sensibilité, critiquer la connerie des autres et ignorer la sienne, ne penser qu’à soi, confondre l’insolence avec la liberté, ignorer les limites de toute liberté, se croire au-dessus des lois et de la divinité, tout ceci démontre une immense immaturité.

C’est comme si le groupe était en pleine crise d’adolescence. « Il n’y a rien de plus ridicule que le sérieux dans les niaiseries : l’amour de tous ces divertissements, c’est donc un reste d’enfance ». (17) Et « Nos défauts et nos infirmités ne sont pas ridicules en eux-mêmes, mais ridicule est l’effort que nous déployons pour les dissimuler ». (18)

La réalité objective : ils ne défendent pas le droit à l’expression ; si c’était le cas, ils respecteraient les limites de ce droit. Leur mode de fonctionnement n’est pas la bonne façon d’amener la réflexion, le changement pour le mieux, la paix sociale, et la création de débats pertinents. Du coup, leur talent et leur potentiel créatif sont mis à mal.

Ce qu’ils prêchent est en contradiction directe avec ce qu’ils font et les résultats obtenus.  Où sont les débats remettant en cause le blasphème, l’injustice ? Est-ce que la société dans son ensemble a pris conscience de ses infériorités, de son incapacité à respecter les règles et à se transformer ?

Leurs divisions intérieures, de même qu’extérieures (celles du journal), ainsi que leurs projections, amalgames, illusions, et contradictions, créent des situations destructrices en divisant les citoyens français et en enrageant les musulmans en et hors de France.

Si le ridicule ne tue pas, le blasphème, lui, tue. 

L’identité de Charlie Hebdo résulte de son identification à plusieurs rôles : génie du rire, défenseur de la liberté d’expression, dessinateur satirique, maître suprême,  intouchable. C’est ce qu’ils croient être subjectivement (eux-mêmes) et objectivement (leur mission). Mais ce qui est manifesté à l’extérieur n’est pas en accord avec l’intérieur.

En s’identifiant aux différents rôles,  Charlie Hebdo se laisse manipuler par ses identifications, ses projections, ainsi que celles des musulmans, ce qui contribue à une déformation de la réalité, alors qu’en réalité :

1) ils sont à la fois M. Tout le monde et M. Personne – et non pas des êtres supérieurs et intouchables 

2) ils sont gouvernés par leur ombre et leur inconscience – et non pas par l’objectivité.

Tant qu’il n’y aura pas de différentiation entre objectif et subjectif, de même qu’entre individuel et général, il se produira une confusion consciente – mais surtout inconsciente – entre ce que Charlie est véritablement et ce qu’il croit être aux yeux des autres.

Cette confusion crée donc une fausse identité. Seul, il est extrêmement difficile de faire la différence entre vrai et faux, mais il est très facile de se couler dans le moule et d’y rester en se convaincant que la fausse identité est la seule et vraie réalité de soi.

Charlie Hebdo utilise la satire pour tout justifier.  Tout est permis, y compris leurs propres confusions de même que celles de la société.  Ces dernières ont lieu lorsque des juges se laissent berner par les balivernes de Charlie Hebdo. En retour, il ne reste plus qu’à Charlie Hebdo à laisser couler et croire que « c’est comme ça ». Ainsi, nous avons la réponse à la question de savoir s’ils sont capables de relever le défi.  Ils ne pourront pas le faire tant qu’ils continueront de croire et dire qu’ils sont satiriques.  Alors que sont-ils ?

 

PARTIE 2 : SATYRE

Pour les journalistes de Charlie Hebdo, leur confusion entre faux moi et vrai moi crée aussi un conflit intrapsychique qui, s’il reste non résolu, continue (ra) de les affecter et donc de perpétuer les mêmes attitudes, comportements, et déformations négatifs, et ce, quel que soit le sujet qu’ils abordent. Et l’un d’entre eux concerne le sexe.

ET LE SEXE ?

Pourquoi sont-ils tant obsédés par le sexe ?

Machisme ? Phallocratie ? Misogynie ? Patriarcat ? Confusion inconsciente entre virilité et masculinité ? Croyance que l’énergie n’est que sexuelle comme Freud l’a affirmé ? On pourrait se demander quel qualificatif ce dernier donnerait : anal retentive = coincé, constipé ?  Ce qui signifierait une incapacité à changer parce que ce qui doit être rejeté – l’excrément – ne l’est pas. Résonance avec scatologie. 

Est-ce que cette obsession est une façon d’exprimer et de compenser des désirs, besoins, et manques en grande partie inconscients ? Misère et solitude intérieures qui se traduisent par une obsession d’être valorisé à tout prix aux yeux des autres ? Etoile est nee Et mes fesses

 

 

 

 

 

 

 

 

Les deux dessins montrent Mahomet en pleine exhibition de ses fesses.  Hilarant ? Attentat à la pudeur ? Provocation délibérée ? Exhibition sexuelle ? Harcèlement sexuel ? Si Charlie Hebdo publiait le même dessin avec, cher lecteur, votre mère, épouse, fille, ou père, époux, fils, vous attaqueriez le journal en justice. Gagneriez-vous ? 

En France, l’outrage public à la pudeur était réprimé dans l’ancien code pénal, mais ce délit a été réévalué dans le nouveau code pénal de 1994, article 222-32 :

« L’exhibition sexuelle imposée à la vue d’autrui dans un lieu accessible aux regards du public est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000€ d’amende ».

Le journal est bien « accessible aux regards du public » et en publiant des dessins à caractère obscène et impudique sur le prophète, et ce de manière répétitive, n’impose t-il pas « l’exhibition sexuelle  à la vue d’autrui » ?

Certes Mahomet n’est pas montré commettant un acte sexuel dans les deux dessins ci-dessus, mais ne s’agit-il pas d’une provocation délibérée ? Même si la loi a dilué l’importance de la pudeur et qu’il n’est plus possible de l’invoquer pour punir la nudité, les dessins ne sont-ils pas une attaque envers le prophète et la décence ?

Le site Droit et Naturisme donne plus d’explications concernant l’interprétation de la loi : 

– « Soit l’exhibition consiste simplement à ne pas cacher : dans ce cas, pris dans son caractère littéral, quelqu’un qui prend sa douche en laissant la fenêtre de sa salle de bain ouverte commet l’infraction.

– Soit il s’agit non pas de ne pas cacher, mais en quelque sorte de ‘forcer à voir’. Dans ce cas, ne commettent l’infraction que ceux qui montrent de manière délibérée les parties en question en les mettant bien en évidence par rapport au corps ». (19)

Dans sa recherche de motivation, la justice va prendre en compte un élément moral, l’intention. Est-ce que l’auteur a eu conscience du caractère obscène et impudique de l’acte qu’il a imposé aux autres ? Est-ce qu’il a eu la volonté délibérée d’offenser la pudeur publique ? Là encore, la loi est mal faite car elle se base sur la subjectivité plutôt que sur l’objectivité. De plus, il est extrêmement difficile de démontrer une intention sans avoir une preuve irréfutable.

Quant au harcèlement sexuel, l’article 222-33 le définit ainsi :

« C’est le fait d’imposer à une personne de façon répétée des propos ou comportements à connotation sexuelle qui, soit portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante. Les faits sont punis de deux ans d’emprisonnement et de 30 000€ d’amende ».

Le fait qu’il y ait répétition de tels dessins n’indique t-il pas une intention ? Il est difficile de croire que Charlie Hebdo n’avait pas conscience de cette intention.  Ou alors, est-ce à dire qu’ils sont inconscients ?  Et que des inconscients jugent d’autres inconscients ?

En général, l’obsession sexuelle traduit un dysfonctionnement au niveau affectif ; les raisons qui la provoquent sont multiples, mais on peut citer le manque d’amour propre, la peur d’être rejeté, la peur d’aimer et/ou d’être aimé (« C’est dur d’être aimé par des cons »), de fausses attentes ou impossibles à atteindre, le manque de sexe.

A travers son obsession, le sujet recherche inconsciemment un sentiment de reconnaissance qui peut lui procurer un sens de son identité.   Ou alors, le sujet cherche à prouver ses manques, et dans ce cas sa recherche participe à la dynamique de la victime.

Charlie Hebdo joue avec les lois, ici avec celles sur l’exhibition sexuelle et le harcèlement sexuel. Amalgame, manque de discernement, ne rien cacher, forcer à voir : tout est permis. Si leur mère, épouse ou fille ou eux-mêmes étaient représentés de cette façon, croyez-vous qu’ils en rigoleraient ?

Avec leur manque de discernement, il y a de forte chance pour qu’ils prennent une telle représentation pour une attaque personnelle – et non une satire – et intentent un procès qu’ils gagneraient sans aucun doute.  Mais alors, ce serait OK pour Charlie Hebdo et pas pour les autres ? Et ce simplement dû au fait qu’il s’agirait d’une satire – qui en réalité n’en est pas ? Là encore, sous le couvert de la satire, tout est permis.

Comment se fait-il que d’un côté on accepte de telles provocations sexuelles et de l’autre on interdit la manifestation cyclo-nudiste en France parce que considérée comme « une atteinte à la pudeur » ? Cet évènement international regroupe des cyclistes qui se promènent nus à bicyclette dans les villes d’Europe pour protester contre l’utilisation abusive de la voiture et des carburants. Même l’Angleterre puritaine participe à ce mouvement.

Il y a amalgame entre le sens littéral d’exhibitionnisme – exposition des parties intimes du corps – et le sens figuré – étalage avec impudeur de ses sentiments, pensées, vie intime.  En insistant sur la nudité et l’exhibition du prophète, les auteurs du journal se mettent à nu en projetant leur propre exhibitionnisme qui traduit l’expression d’un désir/besoin en grande partie inconscient : en s’exhibant entièrement nu le sujet veut être l’objet de toutes les attentions, ce qui en retour lui procure le sentiment d’être valorisé, aimé et d’exister. 

Ce comportement est naturel chez un enfant, mais pas chez l’adulte car son sentiment d’être valorisé est mal fondé donc pas solide, durable et sain.  Les raisons qui poussent ce dernier à l’exhibitionnisme sont nombreuses ; parmi elles des troubles mentaux, de la provocation, excitation ou alors un jeu, pari. « Un individu faisant preuve d’exhibitionnisme est qualifié d’exhibitionniste, voire de satyre ». (20)

 

QU’EST-CE QU’UN SATYRE ?

Dans la mythologie Grecque, les satyres sont des créatures associées aux dieux de la nature comme Dionysos, Pan, Faunus, Sylvanus. Elles sont représentées de manière hybride : un tronc avec des mains et bras humains, une tête humaine avec des cornes et la barbe d’un bouc, des oreilles allongées et pointues, des jambes et une queue de bouc.

Satyre

« Elles sont des esprits ou des démons mâles qui représentent la nature indomptée, la luxure, ce qui est licencieux, contraire à la décence, une liberté excessive qui tend au dérèglementmoral ». (21)

Ces descriptions montrent des créatures à la fois humaine et animale, et pas de toute beauté. Dans son aspect positif, le bouc symbolise « la puissance génésique, la force vitale, la libido, la fécondité ». Dans son aspect négatif, « il est avant tout un animal tragique ; tragédie veut dire chant du bouc et c’était à l’origine le chant dont on accompagnait le sacrifice d’un bouc aux fêtes de Dionysos. Le bouc était la victime de choix de ce dieu. N’oublions pas que le sacrifice d’une victime implique tout un processus d’identification ». (22)

L’aspect sacrificiel du bouc est aussi présent dans la Bible où il sert aux hommes à se débarrasser de leurs impuretés, désobéissances, péchés, et en étant banni le bouc les emporte avec lui, ce qui symbolise le rejet et la condamnation du mal qui n’est plus une charge pour les hommes. D’où l’appellation bouc émissaire

« Un homme est appelé bouc émissaire dans la mesure où il est chargé des fautes d’autrui, sans qu’il soit fait appel à la Justice, sans qu’il puisse présenter sa défense, et sans qu’il ait été légitimement condamné ». […] Ce phénomène représente la « tendance profonde de l’homme à projeter sa propre culpabilité sur un autre et à satisfaire ainsi sa propre conscience, qui a toujours besoin d’un responsable, d’un châtiment, d’une victime ». (23)

De nos jours, le mot satyre désigne « un homme lubrique et obsédé, et qui se livre à des actes répréhensibles comme l’exhibitionnisme ». (24)

Vous remarquerez que satire et satyre sont facilement confondables et ont la même racine étymologique que Satan.  A l’origine, Satan désigne l’accusateur, « l’adversaire aussi arrogant que méchant ». (25) Il est présent dans le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam et incarne le mal et la tentation, puis il signifie l’opposé de Dieu. 

Satan

Ce terme désignera de plus en plus un être foncièrement mauvais et en tant que nom propre celui de la puissance du mal. Les images chrétiennes du diable sont basées sur les représentations des satyres, surtout Pan, mais il est aussi représenté sous diverses formes : le serpent qui tente Eve, l’être hybride mi-homme mi bouc, le dragon, le Léviathan.   

Satire et satyre ont également la même racine étymologique que Saturne. C’était un dieu Romain différent du dieu Grec Cronos dans la mesure où il était considéré comme un héros civilisateur – celui qui enseigne la culture de la terre. Les fêtes consacrées à Saturne étaient les Saturnales et avaient cet aspect tout particulier que les rapports sociaux entre maîtres et serviteurs étaient inversés : les maîtres servaient leurs esclaves à table.

Dans un autre aspect positif, Saturne symbolise « une profonde pénétration à force de longs efforts réfléchis et correspond à la fidélité, la constance, la science, la chasteté, la religion, le renoncement ». (26)

Dans son aspect négatif Saturne incarne « le principe de contraction, de fixation, de condensation et d’inertie. C’est une force qui tend à cristalliser, à fixer dans la rigidité les choses existantes et s’oppose ainsi à tout changement.  Il symbolise les obstacles de toutes sortes, les arrêts, les carences, la malchance, l’impuissance, la paralysie ».  (27) Il est souvent représenté par un squelette portant une faux.

Saturne

Du point de vue psychologique, Saturne symbolise la capacité de se détacher qui se produit au cours de la série d’épreuves de séparation qui a lieu tout au long de l’histoire de l’être humain, que ce soit depuis la rupture du cordon ombilical du nouveau-né jusqu’au dépouillement ultime du vieillard en passant par les divers abandons, renoncements et sacrifices que la vie nous impose.

Ainsi Saturne est « chargé de nous libérer de la prison intérieure de notre animalité et de nos attaches terrestres en nous délivrant des chaînes de la vie instinctive et de ses passions […] au profit de l’esprit, de la vie intellectuelle, morale et spirituelle ». (28)

Les descriptions de Satyre, Saturne et Satan contiennent des ressemblances vues auparavant concernant l’ombre, les projections, l’infatuation, l’exhibition sexuelle. Ces ressemblances sont surtout des aspects négatifs que l’on retrouve chez Charlie : aberration du jugement moral, incapacité à changer, fixation, indécence, rigidité, arrogance, méchanceté, et rejet de l’autre. 

Etant autonomes, ces aspects négatifs inconscients amènent Charlie Hebdo à les exprimer sous la forme qu’ils croient être une satire, mais ils se manifestent extérieurement de manière satyrique, satanique, et saturnienne dans son sens négatif.

Ces aspects prennent des caractéristiques appartenant aux trois figures, décrivant une « nature indomptée » inconsciente de Charlie. Etant donné qu’il n’y a pas de différentiation consciente, les mots satire et satyre sont fusionnés dans l’inconscient, créant ainsi une confusion inconsciente de deux sens différents.  L’inconscient indifférencié mêle les homonymes satire et satyre, de même qu’un troisième comme nous allons le voir.

Comme déjà mentionné dans « Ombre et projections », tout ce qui est négatif et inconscient est projeté sur les autres.  En étant inconscient de son ombre, Charlie Hebdo exhibe ses aspects négatifs inconscients qu’il projette sur les musulmans qui deviennent des boucs émissaires.

Vouloir imposer le droit au blasphème n’a pas de sens. Le droit appartient à la légalité et le blasphème appartient à la religion.  Mettre ensemble ces termes contradictoires crée un oxymore, et traduit l’inconcevable. (29)

Consciemment Charlie Hebdo s’est associé à l’aspect positif du bouc – « la puissance génésique » – c’est-à-dire leur croyance d’être des génies de la satire, mais c’est une fausse croyance car dans l’inconscient il y a identification à l’aspect négatif du satyre – « la luxure » – qui se manifeste par  l’obsession pour le sexe.

En même temps, il s’est identifié au bouc émissaire, mais il rejette inconsciemment cet état, souvent associé à un sentiment d’infériorité, et le projette sur les musulmans.  

Vouloir imposer le droit au blasphème signifierait donc, pour Charlie Hebdo seul, le désir inconscient de ne pas être « légitimement condamné » (voir Citation 23) pour ses attaques, offenses, etc., mais aussi pour le rejet de ses propres aspects négatifs (projections).

Il s’ensuit une confusion inconsciente entre bouc et bouc émissaire qui se traduit aussi par un oxymore : vouloir être un martyr vivant – un agneau sacrificiel qui n’est pas sacrifié.  Cette façon de penser nous indique que Charlie Hebdo veut les honneurs mais pas la douleur.  

Plus précisément, vouloir le droit au blasphème serait l’expression du rejet de l’inconscient dans sa totalité.  Charlie revendique pour lui-même le droit de blasphémer sa partie inconsciente négative. Une telle position implique une grande souffrance intérieure – mais elle reste inconsciente – et elle ne prend pas en compte les aspects positifs de l’inconscient, de même que ceux de Saturne et du satyre.

Dans le cas de Charlie Hebdo, la tragédie résulte donc des identifications aux aspects négatifs du satyre et du bouc émissaire, de la confusion inconsciente entre martyr et victime, qui conduisirent à l’élimination de ceux qui s’y sont identifiés. On assiste donc véritablement à un « chant du bouc » par des « victimes de choix ».  En rejetant son ombre, Charlie Hebdo a permis qu’elle se retourne contre lui.

Nous voyons donc bien comment l’inconscient impacte la conscience. Ce qui est manifesté à l’extérieur est similaire à ce qui se manifeste négativement à l’intérieur.  Le journal devient alors un support qui permet à une poignée d’individus de se débarrasser de leur ombre et de l’attribuer aux autres. En d’autres mots, Charlie Hebdo expose les caricatures de son ombre. Ce genre d’expression est à la mauvaise place car il se fait ordinairement dans un cabinet d’analyse. 

Ce qui m’amène à poser une autre question : y a t-il aussi une confusion inconsciente concernant la liberté d’expression ? Dans un cabinet d’analyse, l’analysant a la possibilité de s’exprimer spontanément et librement, de donner libre cours à ses pensées, ressentis, etc., il n’y a pas de limite.  Ce qui est exprimé est entendu par une seule personne capable de gérer le négatif et le positif, l’objectif et le subjectif.

En se posant comme défenseur de la liberté d’expression – qui en réalité est la licence journalistique – et en ne revendiquant aucune limite, Charlie Hebdo réclame la possibilité d’exprimer librement et sans limite toute son ombre. Le problème, c’est que :

1) ce qui est exprimé n’est pas objectif mais subjectif et inconscient ;

2) une société entière entend ;

3) il s’agit d’attributions négatives personnelles (projections) à un groupe qui devient stigmatisé car il symbolise l’adversaire dans l’inconscient ;

4) le tout ne colle pas avec les normes, lois, mœurs d’une société civilisée.

L’adversaire ou l’ennemi n’est pas seulement l’autre à l’extérieur, mais il est aussi celui qui existe en nous, celui que nous refusons de reconnaître, et que nous projetons sur les autres. Si Satan désigne « l’adversaire, l’accusateur », pour Jung l’image du diable « caractérise exactement l’aspect à la fois grotesque et effrayant de l’inconscient que l’on n’a pu encore approcher et qui, pour cette raison, continue d’être dans son état originel de sauvagerie indomptable ». (30)

Transférer son conflit intérieur inconscient à l’extérieur sur les autres est plus qu’abusif et délétère – en bref, satanique – et ne contribue en aucun cas à la bonne santé d’un individu ou d’une société. Regardez autour de vous, les exemples ne manquent pas.  Dans ce contexte, Charlie Hebdo étale ainsi des contenus primitifs, archaïques, qui n’ont pas été civilisés, éduqués, différentiés. Nature indomptée (voir Citation 21).

Selon Jung, l’homme moderne est :

« Un être agi et manœuvré par des forces archétypiques plutôt que par sa ‘libre volonté’, qui n’est guère que son égoïsme archaïque et sa conscience limitée. Il devrait apprendre qu’il n’est pas le maître de sa propre maison et qu’il devrait étudier avec soin l’autre face de son univers psychique, qui semble bien être le vrai souverain de son destin ». (31)

Dans le numéro du 7 Janvier 2015, le rédacteur Charb publia un dessin titré : « Toujours pas d’attentat en France » ; le djihadiste armé répond : « On a jusqu’à la fin janvier pour présenter ses vœux ».  Rigolo ? C’est carrément tenter le diable.  Précisément, ce que les Grecs Anciens ne faisait pas. Résultat : le jour même l’équipe est décimée.

Finalement, on ne rigole plus. Le diable intérieur s’est manifesté à l’extérieur. La mort a pris le dessus, et Thanatos a été glorifié. Dans la mythologie Grecque, Thanatos personnifie la mort, mais les Grecs avaient la sagesse de ne pas le mentionner car ils craignaient de rappeler à l’esprit l’image de la destruction. Cette pulsion de mort est à différencier du Thanatos de Freud pour qui il signifie la mort du plaisir.  Comment ce manque de différenciation entre les deux sens opère dans l’inconscient de l’homme moderne, et comment agit-il dans sa conscience ? 

Il est important de souligner la leçon : comment l’action d’une seule personne a des répercussions néfastes sur les autres.  On retrouve ce même scenario avec le co-pilote allemand qui a contribué à la mort de cent cinquante autres au-dessus des Alpes Françaises.  Si la vie devient un non-sens alors c’est son contraire – la mort – qui est valorisé.  C’est le monde à l’envers, une régression de la civilisation et donc un retour à la barbarie.

 

SE FONT-ILS L’AVOCAT DU DIABLE ?

J’utilise l’expression « se faire l’avocat du diable » en jouant sur le sens des mots.

Sans s’en rendre compte, Charlie Hebdo tente le diable à plusieurs reprises, mais il se fait aussi l’avocat du diable : « Une personne défendant une position en laquelle elle ne croit pas nécessairement, voire une position indéfendable, simplement pour alimenter la discussion ou présenter un contre-argument ». (32)

Charlie Hebdo argumente pour contester les normes sociales, etc., comme le fait généralement tout adolescent. Contredire pour contredire. En fait l’esprit Charlie c’est l’esprit de contradiction, mais le problème c’est qu’il s’agit de leurs contradictions intérieures dont ils n’ont pas conscience.

Leur position est mal fondée, parce ce que ce qu’ils défendent n’a pas été différentié d’une réflexion adolescente et subjective, donc elle est non objectivée. C’est le propre du puer aeternus : un homme adulte dont la vie émotionnelle est restée au stade de l’adolescence.

Charlie Hebdo s’est entouré d’avocats ; l’un d’eux, Richard Malka travaille avec le journal depuis vingt ans ; autrement dit, il fait partie de la famille Charlie Hebdo. Les apparences le montrent comme un avocat « libéral-libertaire décomplexé », (33) l’un des plus puissants, et la presse (et la justice ?) le vénère.

« Il y a ces bottes de moto qu’il croise devant lui et ces bracelets de force qui lui font un poignet de fier-à-bras, jurant avec cette silhouette de gringalet. […] Il y a les succès de prétoire et un homme arrivé qui évoque ce ‘sentiment d’imposture qui ne le quitte jamais’. […] Petit dernier très materné d’une fratrie de trois, Malka n’a pas d’enfant et n’en veut pas. Il a beau être pour le mariage gay, ce célibataire hétéro se fiche de la conjugalité ». (34)

Et puis : « Ce disant, il se caresse le crâne – qu’il a lisse et rehaussé de deux oreilles piquantes. L’instant d’après il dégaine son sourire d’homme-enfant ami du genre humain, qui, selon l’expression d’un ami, ‘cherche à charmer toutes les poignées de porte’. Il ne comprendrait pas que l’une d’elles lui résiste. D’ailleurs, ni les hommes, ni les femmes, ni les enfants ne lui résistent vraiment. […] ‘Ce qui me fascine c’est la transgression, c’est Thanatos’ s’enflamme celui dont des têtes de mort enlacent le poignet gauche ». (35)

A eux seuls, ces deux portraits nous informent des principales dynamiques inconscientes en jeu.  Et surtout du conflit intérieur qui fait rage : un « gringalet » qui s’affiche comme un « fier-à-bras » ? Un « homme-enfant » qui se dit un « homme arrivé » ? Un « petit-dernier » qui se prend pour le « plus puissant »? Un charmeur qui cherche à se faire accepter par tous et refuse qu’on le contredise ? Un « ami du genre humain » fasciné par la mort ? Un avocat fasciné par la transgression ? 

Il est certainement un excellent avocat, mais le professionnel et le personnel sont trop confondus, et comme les membres de Charlie Hebdo, lui aussi fonctionne à partir de son ombre et projette sa diabolique sur les autres. Un autre dialogue des ombres : son ombre est projetée sur Charlie Hebdo qui projette sur l’avocat qui projette sur les projections des projections …

Pourquoi a t-il réagi si violemment à une chronique du Nouvel Observateur dans laquelle l’auteur en veut à Charb : « Quel besoin a t-il eu d’entraîner l’équipe dans la surenchère ? […] Il fallait pas le faire mais Charb l’a refait ». (36) Ces quelques extraits ont déclenché la rage de l’avocat, qui a qualifié la chronique et sa publication « d’abjecte ». Son dégoût et sa fureur l’ont même amené à se retourner contre l’un des actionnaires de l’Obs. 

Pourtant, il s’agit d’une question objective concernant le fait que Charb ait publié son dessin « Toujours pas d’attentat ? » qui, le jour même de sa parution, a été fatal pour l’équipe.  Beaucoup d’autres se sont posés la même question que le Nouvel Obs ; l’avantage c’est qu’elle amène à réfléchir – contrairement au dessin de Charb ; ou alors il fait penser que quelqu’un tente le diable.

Cette question est tout à fait légitime, elle montre qu’on cherche à comprendre ce qui se passe dans la tête d’un individu. Et si compréhension il y a, alors il devient possible d’en tirer un enseignement et de rectifier un comportement. Le questionnement et le reproche du Nouvel Obs, parce que des amis sont partis, démontre la valorisation de la vie et non de la mort.

Même si Charb n’avait pas renchéri, les attentats auraient quand même eu lieu, parce que pendant trop longtemps il y a eu trop d’attaques, d’injustice, de frustration et de colère.  Une telle accumulation ne peut aboutir qu’à une explosion. Charb n’a fait que précipiter la date.

Alors pourquoi l’avocat a t-il pris la remarque du Nouvel Obs comme une attaque personnelle ?  Lorsqu’une telle réaction se produit, c’est que quelque chose d’extérieur rencontre quelque chose qui résonne à l’intérieur.  Les paroles du chroniqueur ont touché et réactivé une vérité profonde dans l’inconscient, mais la conscience la rejette d’où ce conflit furieux.  Comme cette vérité est contestée, elle est attribuée au Nouvel Obs – c’est exactement ce qu’est une projection.

Réagir ainsi nous montre une autre contradiction : l’avocat conteste ce qu’il ne faut pas contester mais il ne conteste pas ce qu’il faut contester.  Il est loin d’être le seul à opérer de cette manière. Notre pays est englué dans des contradictions en tous genres, des contradictions franco-françaises, souvent comprises comme des paradoxes. Cette incompréhension permet l’éternel « c’est comme ça ! », et donc la passivité, la non responsabilité, et la fatalité.

Inconsciemment, Malka cherche à abolir ses propres contradictions. Quand il dit être fasciné par la transgression et par Thanatos, il signifie un désir inconscient de ne pas obéir aux lois psychologiques générales de même qu’à ses propres lois internes – à la fois celles qui pourraient l’aider et celles qui sont contraires, le divisent et lui font mal. Certaines de ces lois doivent mourir pour laisser la place à d’autres plus individualisées amenant l’équilibre. 

Il n’est donc pas étonnant qu’il soit habité d’un « sentiment d’imposture qui ne le quitte jamais ».  En psychologie, l’imposture est reliée au problème de la confusion identitaire (dynamiques de l’ombre, des identifications, et de l’inflation psychique). Le sujet est en conflit entre ce qu’il est réellement, sa nature propre, et ce qu’il croit être aux yeux des autres. 

Le doute de soi, de ses véritables capacités est permanent.  Une telle personne est convaincue de manière inconsciente que sa réputation est indûment appropriée, ce qui a pour conséquence de créer de la culpabilité.

A cela s’ajoute la peur d’être démasqué par les autres, la peur que ses propres incapacités soient mises à nu. Cette peur annihile la possibilité pour le sujet de reconnaître ses propres capacités et talents, et elle l’amène à toutes sortes de manipulations, mystifications, représentations théâtrales, impositions des idées pour justement cacher sa supercherie.  

Tout comme il ne peut pas y avoir de victime sans bourreau, l’imposteur ne peut exister que si les autres restent aveugles et muets ou profitent du stratagème. Ils se laissent mystifier par les apparences artificielles, la dramaturgie, le pouvoir des idées construites et présentées avec force et unilatéralité – sans avoir été vérifiées auparavant – les illusions, les simulacres et ils ignorent les confusions – à la fois conscientes et inconscientes – entre vérité et mensonge.  Participation mystique comme vu dans « Ombre et projections ».

Lors d’un interview sur France Info après les attentats, Richard Malka s’est exprimé ainsi : « On ne cèdera rien, sinon tout ça n’aura pas eu de sens. L’humour sans autodérision, ce n’est pas de l’humour. Nous nous moquons de nous, des politiques, des religions, c’est un état d’esprit à avoir. L’esprit Charlie c’est le droit au blasphème ». (37)

Il confond l’autodérision avec la dérision. Il s’agit d’une confusion inconsciente entre objet et sujet. L’autodérision s’applique à soi-même et non pas aux autres. « C’est le fait de se tourner soi-même en dérision » dit le Larousse. Le sujet devient l’objet de sa propre dérision. Si c’était de l’autodérision, cela signifierait que les journalistes eux-mêmes soient représentés comme des caricatures dans le journal.  Lequel ?

Hors ce n’est pas le cas, puisqu’ils tournent le prophète, les lois, et la religion musulmane, les politiques, etc., en dérision. Ici, le sujet rejette sa dérision et l’attribue aux autres qui sont l’objet de dérision – nous revenons donc aux projections.  C’est loin d’être la même chose que l’autodérision. 

En s’identifiant à son rôle d’avocat, puissant et décomplexé, en n’ayant pas différencié entre professionnel et personnel, et en étant inconscient de ses contradictions, c’est là encore, toute l’ombre rejetée qui gouverne.

Le conflit entre ce qu’il est et ce qu’il n’est pas se traduit par de l’ambivalence, des contradictions, des réactions d’humeur violentes, des doutes, des peurs, des atteintes au sens moral, des fausses idées et croyances, des entêtements, – trop d’énergie négative trop investie au mauvais endroit.  Il est extrêmement difficile de vivre avec tant de douleur.

Tout individu qui cherche à échapper au conflit va transgresser ses lois psychiques ; il cherche à résoudre son problème en allant vers l’absolu, car c’est l’opposé de l’ambivalence, et cela se manifeste par le rejet de toute restriction, le manque de nuance, de discernement, de confiance, l’obstination, l’incapacité de faire des concessions – être dans l’extrême. Mais il n’a pas résolu son problème.

Charlie Hebdo trouve son absolu dans ce qu’il considère la liberté d’expression ou plutôt la liberté de presse. Pour un avocat, revendiquer le droit au blasphème est une recherche d’absolu, et le revendiquer en amenant la justice à l’accepter est aussi extrême. A nouveau, en quoi ce droit est-il « un des fondements de notre démocratie laïque » (38) si ce droit ne fait pas partie du droit Français ? 

La revendication de ce droit par l’avocat signifierait alors une autre expression, qui s’ajoute à celle vue précédemment pour Charlie Hebdo : celle d’un besoin ou désir inconscient de recherche d’aide extérieure – la justice – pour solutionner le conflit inconscient. Mais cette solution ne marche jamais, car le seul juge est intérieur et non pas extérieur.

Pour Richard Malka, la tentative inconsciente de transgresser ses contradictions ne peut aboutir tant qu’il ne sera et ne fera pas l’avocat par et pour lui-même. La transgression n’apporte qu’un soulagement temporaire, mais elle ne résout pas le problème. C’est pourquoi son désir de transgression est une position indéfendable. Le même principe s’applique à Charlie Hebdo.

Au final, l’identification inconsciente au satyre ne peut pas apporter de résultats positifs. Cette créature hybride engendre des modes de pensées et des actions qui sont confus, contradictoires, pervertis, mais ils sont clamés comme vérités ou se révèlent être impossibles (comme par exemple, dans l’oxymore).

Le rôle d’avocat du diable n’existe que par rapport à un autre rôle. Si on enlève ce dernier, alors le rôle d’avocat du diable n’existe plus. Charlie Hebdo s’intéresse plus à contester et à se révolter pour se décharger de son bagage psychologique qu’à vouloir changer les choses pour le mieux. Pas une fois, ils n’ont offert une seule suggestion constructive concernant les musulmans. Au bout du compte, le rebelle devient bureaucrate – payé par l’Etat.

Jean-Paul Sartre avait bien compris les dynamiques de l’homme révolté :

« Le révolté a soin de maintenir intacts les abus dont il souffre pour pouvoir se révolter contre eux. Il y a toujours en lui les éléments d’une mauvaise conscience et comme un sentiment de culpabilité. Il ne veut ni détruire ni dépasser mais seulement se dresser contre l’ordre existant. Plus il l’attaque, plus il le respecte obscurément ; les droits qu’il conteste au grand jour, il les conserve dans le plus profond de son cœur ; s’ils venaient à disparaître, sa raison d’être et sa justification disparaitraient avec eux ». (39)

 

PARTIE 3 : ÇA TIRE

 

En ayant une connaissance limitée de lui-même, l’homme indifférencié vit dans l’illusion, l’ignorance, et la passivité sans se rendre compte que l’inconscient le contrôle.

L’inconscient a une fonction de compensation avec le conscient afin de maintenir l’équilibre psychique. Plus on devient conscient de contenus inconscients, plus on élargit sa conscience, et plus elle participe librement dans le monde plus vaste de l’objectivité. D’où la nécessité d’entrer en relation avec l’inconscient. Par contre, lorsque l’inconscient est ignoré, Jung avertit :

« L’hostilité à son égard lui confère un aspect menaçant, la bienveillance envers lui adoucit ses traits. […] Il ne devient réellement dangereux que si notre attitude consciente à son égard est désespérément fausse ». (40)

Mais l’homme indifférencié est convaincu d’être seul maître à bord et libre, alors qu’en réalité il est contrôlé par son inconscient. Hors « Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être ». (41)

 

FATALITÉ OU PROPHÉTIE ?

L’homme indifférencié vit sa vie comme une fatalité, c’est-à dire que ce sont les autres, les circonstances et les évènements extérieurs qui influencent et déterminent le cours de sa vie. Il est donc plus passif dans la création de sa vie à partir de sa réalité intérieure authentique. Bien souvent, cela implique la peur de vivre.  Jung nous informe d’une règle psychologique :

« Lorsqu’une situation intérieure n’est pas rendue consciente, elle se produit à l’extérieur comme une fatalité ». (42)

Autrement dit, quand les contenus inconscients ne sont pas intégrés dans la conscience, l’individu vit sa fatalité. Mais lorsqu’ils le sont, l’homme vit son destin

Vivre son destin implique la responsabilité de se connaître, d’être nourri et guidé par le dialogue entre conscience et inconscient.  Un tel fonctionnement permet, par exemple, de prendre des décisions et faire des choix en fonction des valeurs individuelles = différentiées de celles du collectif, et qui sont en accord avec notre nature profonde et unique. C’est faire activement la bonne chose au bon endroit et au bon moment. 

La tragédie du 7 Janvier 2015 est le résultat de tant d’inconscience ; elle est une fatalité (au sens donné par Jung)  = la manifestation d’une prophétie inconsciente.  La partie de citation dans « Plus grands que tous » prend alors tous son sens : « Elle se condamneinévitablement à des catastrophes qui risquent de ladétruire d’un seul coup ». ÇA TIRE.

Et cette inconscience ne date pas d’aujourd’hui. En 1992, appeler la nouvelle Sarl « Kalachnikov » est peut-être original mais cette originalité est à la mauvaise place. Là aussi, c’est tenter le diable. Une telle nomination traduit une idée de mort. En choisissant ce nom, Charlie Hebdo avait signé son arrêt de mort dans l’inconscient. C’est comme si une prophétie s’était mise en place. (43)

On retrouve le même phénomène dans le mythe Grec d’Œdipe des « Tragédies » de Sophocle.  Aveugle de lui-même et ignorant de son passé, alors qu’il a des yeux pour voir et comprendre, il vit la vie décidée pour lui par Apollon, c’est-à-dire la fatalité. Il ne saisit pas l’opportunité du banquet et sa visite à l’oracle pour questionner son passé et connaître sa véritable identité. Il croit à l’oracle mais pas à ses paroles qu’il décide d’ignorer – tuer son père et marier sa mère.

Devenu conscient de son aveuglement et de sa vérité il exprime sa souffrance colossale en s’arrachant les yeux. Avec ce geste, Œdipe prend finalement la responsabilité de ses actions. Maintenant il comprend la force de son inconscience et admet son humilité.

Désormais, il est libre de décider sa vie par lui-même et accepte de finir ses jours à Athènes en accord avec ce qu’il avait pressenti avant que tout ne se réalise. Il n’a plus les yeux physiques mais les yeux intérieurs ; il devient visionnaire et un vieux sage.  A présent, il vit son destin.  Est-ce que Charlie Hebdo et la France peuvent en faire autant ?

L’un des messages de cette tragédie : en évitant ce qu’avait prédit l’oracle,  Œdipe permet au futur de se réaliser en toute inconscience.

Comme Œdipe, Charlie Hebdo n’a pas saisi les occasions – plaintes, incendie, menaces – pour se remettre en question.  Il s’est contenté de continuer à croire à ses illusions, à se contredire, à projeter, et donc à ne pas se transformer, créant ainsi un terrain fertile pour développer et faire arriver ce qui était inconscient.  Il aura fallu vingt trois années d’inconscience pour que la prophétie mise en place inconsciemment par Charlie Hebdo se réalise.

Un autre point relié à leur sentiment d’intouchabilité et de grandeur et mêlé inconsciemment à la prophétie : le désir inconscient de devenir des martyrs. Aux yeux de tous, les hérauts de la presse libre sont devenus non seulement des héros nationaux, mais aussi des martyrs et ce, pour la perpétuité – plus grands que tous. 

Mais c’est grandeur et décadence. Consentir inconsciemment à aller jusqu’à se faire tuer pour devenir plus grand et immortel n’appartient pas au martyr mais à la victime. La victime est inconsciente de ses conflits, de ses projections, de celles des autres ainsi que de l’identification à ces projections, et elle refuse la souffrance qui en découle. Elle ne se remet pas en cause, participe au contraire de la vie et provoque le tragique.

Alors que le martyr est conscient de la souffrance résultant des projections et du conflit provoqué par ses contradictions. Il souffre, si je puis dire, pour une bonne cause, car il fait face à ses contradictions et  les transforme. Il participe à la création d’objectivité dans la vie ce qui lui confère paradoxalement une légèreté d’être ; autrement dit, il vit le paradoxe et cela se traduit par plus de tolérance, de conciliation, d’humilité, d’empathie, de modération.

Contradiction et paradoxe ne sont pas synonymes. La contradiction résulte de l’inconscience avec toutes les conséquences décrites ci-dessus, alors que le paradoxe est l’acceptation consciente de nos propres contradictions et de l’existence des contraires en nous. Celui qui vit le paradoxe conçoit les contraires comme des énergies complémentaires ; il sait et accepte qu’un minimum de tension soit nécessaire entre eux, car sans elle il n’y a pas d’énergie.  La souffrance prend alors une autre dimension, car elle a un sens.  

 

POURQUOI PAS ?

Alors pourquoi Charlie Hebdo ne revoit-il pas sa copie ? Pourquoi ne pas se mobiliser contre la menace terroriste plutôt que de l’encourager ? Pourquoi ne pas promouvoir la tolérance plutôt que de créer du désordre et de l’insécurité publiques, ce qui est un crime ?

Pourquoi Charlie Hebdo ne s’inspire t-il pas des aspects positifs de Saturne : être capable de pénétrer les choses à force de longs efforts réfléchis, et de se détacher de sa subjectivité inconsciente ? Et comme dans les Saturnales, pourquoi ne pas inverser les rôles : au lieu d’attaquer, pacifier ; au lieu d’être intouchable, devenir sensible et sensé ?

Ils veulent être des héros, soit, mais alors qu’ils deviennent des héros civilisateurs. J’entends par là, non pas le héros ou guerrier – doté d’une force physique supérieure, d’une adresse extraordinaire, d’un courage sans faille – mais celui qui est capable au cours de sa vie de se mettre en quête du savoir nécessaire au bon usage de toutes ses capacités, de mettre en avant les qualités essentielles de l’être humain, et de déterminer le bien et le mal.

Plus précisément, le héros est celui qui est capable de faire face à son ombre et de remporter la victoire contre les monstres du pervertissement. C’est ce que signifie les peintures représentant Saint Georges terrassant le dragon.  Pour Jung, 

« La première victoire du héros est celle qu’il remporte sur lui-même ». (44)

La chanson de Daniel Balavoine « Je ne suis pas un héros » témoigne de manière créative l’effort de compréhension de ce combat :

 « Les coups de poings dans l’âme, Le froid de la lame qui court […], Il faut trouver la flamme qu’il faut […], Mais pour mourir célèbre, Il ne faut rien emporter, Que ce que les autres, N’ont pas voulu garder ».

Notre pays est empêtré dans des dysfonctionnements, contradictions, injustices, abus,  rigidité, manque d’imagination et de discipline ; tous participent à un malaise général, un sentiment d’infériorité et d’anxiété, une incapacité à se transformer et à s’adapter aux changements planétaires.

Pour Charlie Hebdo, il existe une pléthore de possibilités à explorer.  A commencer par les injustices.

Ils veulent traiter de la politique, OK.  Alors pourquoi ne pas se concentrer sur le rapport entre gouvernants et gouvernés, qui est catastrophique comme le démontrent le manque total de confiance envers les hommes politiques et le taux d’abstention aux élections ?

La véritable question n’est pas le droit au blasphème – un droit qui n’existe pas – mais est-ce que l’Etat laïque existe bien ? Que signifie exactement la laïcité ? Dans quels cas est-elle et n’est elle pas appliquée ? Si le religieux empiète sur le laïque et que ce dernier laisse faire, on assiste à un retour en arrière : le chef d’état redevient le roi qui était aussi le représentant de Dieu sur terre.

Une autre possibilité : notre pays manque cruellement de différentiation entre objectif et subjectif. Par exemple, lorsqu’un présentateur des informations télévisées annonce « ce film est merveilleux », il considère sa remarque comme un fait objectif et ne se rend pas compte qu’il s’agit d’une évaluation subjective. Tant que la distinction entre objectif et subjectif n’a pas lieu, il est impossible de distinguer entre le monde extérieur et intérieur.

Egalement, pourquoi ne pas se pencher sur le sens des mots, et appeler un chat un chat ? Leur sens objectif est celui qui se trouve dans le dictionnaire et qui permet – normalement – à tout Français de communiquer entre eux objectivement.  

Mais le sens des mots est soit compris en partie, soit déformé par la subjectivité, c’est-à-dire l’idée consciente que l’on se fait d’un mot résultant des associations personnelles de nos vécus.  A cela, s’ajoute notre partie inconsciente qui vient influencer la compréhension consciente d’un mot. S’employer à une telle différentiation demande des efforts de réflexion, mais c’est aussi faire preuve de créativité. 

Surtout, c’est contribuer à créer de la conscience, de la clarté et donc à améliorer la société. Le changement de la société passe par le changement de l’individu. La paix sociale n’est possible qu’à partir de la paix intérieure d’une majorité d’individus composant cette société (idéalement, de chaque individu).

 

CONNAIS-TOI TOI MÊME

Le problème de fond est celui de la connaissance de soi-même. Apprendre à mieux se connaître, c’est intelligence et trouver des solutions adéquates. Dans la même veine que Jung, Einstein déclare :

« Aucun problème ne peut être résolu sans changer le niveau de conscience qui l’a engendré ». (45)

Au bout du compte, tout ce qui est humain est psychologie, parce que chaque être humain a une psyché (totalité de la conscience et de l’inconscient). Chaque psychologie influence tous les aspects objectifs et subjectifs de chaque vie : famille, travail, relation amoureuse, politique, croyances, idéaux, compréhensions, etc.

Comme nous l’avons démontré, le manque de connaissance de soi est source de problèmes multiples et graves ; il en résulte une adaptation inadéquate avec nous-mêmes et les autres. Malheureusement, il n’y a pas d’apprentissage de notre psychologie, si ce n’est au cours de la vie, et souvent à notre détriment. D’où la nécessité d’initier cet apprentissage.

Se connaître soi-même ne se limite pas qu’au superficiel, simplisme, rationnel, intellectuel, et qu’aux apparences. D’après les proverbes, elles sont trompeuses, il ne faut pas s’y fier, et l’habit ne fait pas le moine.

Comment chaque psychologie individuelle impacte t-elle l’individu, sa relation avec les autres et sa fonction dans la société ?  C’est la bonne question à se poser en premier plutôt que celles qui sont concernées par ce que pensent les autres, les voisins, les autres pays, etc., et celles qui nourrissent les illusions, les fausses croyances, les idéalisations. 

Dans l’Ame et la Vie, Jung explique :

« Dans la mesure où les collectivités sont de simples accumulations d’individus, leurs problèmes sont aussi des accumulations de problèmes individuels. De pareils problèmes ne sont jamais résolus par la législation ou par des tours de passe-passe. Ils ne peuvent être résolus que par un changement général dans l’attitude de l’homme. Et ce changement ne saurait commencer ni par la propagande ou par des meetings monstres, ni par la violence. Il commence par un changement dans les individus.  Et il se manifestera par la transformation de leurs penchants, de leurs goûts et dégoûts personnels, et de leur conception de la vie et de ses valeurs, et seule une accumulation de telles métamorphoses individuelles amènera une solution collective. » (46)

La Révolution de 1789 n’a pas été terminée.  Le roi et la reine ont bien été guillotinés, le système féodal supprimé, le clergé et les privilèges abolis. Mais le roi n’a pas été tué ; Louis Capet l’a été.  Seule l’expression extérieure du symbole de la monarchie a été abolie. De ce fait, la royauté a continué d’exister. Dans les têtes, l’attachement au symbole n’a pas été transformé, il n’y a pas eu de révolution intérieure.

De ce fait, la royauté ainsi que la révolution perdurent dans les esprits. La distinction entre le rôle public et le citoyen privé ne faisait pas partie de la psychologie de l’époque. Mais aujourd’hui nous avons les outils analytiques pour le faire.

Louis XIV avait mis en place une bureaucratie appelée Administration.  Après sa disparition, c’est la bureaucratie, entre autres, qui s’est emparée de la royauté. Dans son livre, « La Bureaucratie », Alfred Sauvy a créé un néologisme : « le burelain » (bureaucrate + châtelain) pour désigner le bureaucrate dans son royaume. (47)

Aujourd’hui encore, regardez autour de vous : nombreux sont ceux qui se prennent pour et se comportent comme s’ils étaient Louis XIV et Marie Antoinette. Et Charlie Hebdo en fait partie ; il s’est comporté et a agi comme s’il était roi et Dieu en même temps.   

Un retour sur soi ou une révolution intérieure, c’est ce que Jung, parmi d’autres, préconise :

 « Une minorité d’humains, trop faible encore, se demande si en définitive la meilleure façon de servir la société et les hommes ne serait pas de commencer chacun par soi-même, d’essayer d’abord et uniquement sur sa propre personne, dans sa propre économie interne, les réformes prêchées à tous les carrefours.

Un certain bouleversement de l’ordre établi, un branle-bas intime, la dissolution de ce qui existe et le renouvellement intérieur sont une nécessité pour chaque individu. Mais il ne s’agit pas de les imposer aux autres sous le couvert hypocrite de l’amour chrétien du prochain, du sentiment de la responsabilité sociale, ou de je ne sais quel autre prétexte, masquant des besoins inconscients de domination.

Comment guérir cet aveuglement collectif qui sévit à l’heure actuelle ? On ne peut envisager sa guérison que si chacun fait un retour méditatif, sincère, loyal et profond sur lui-même, retour qui le ramènera au fond humain primordial, à l’essentiel de sa propre nature, et qui lui permettra de dégager de ses gangues sa vraie vocation individuelle et sociale ». (48)

Ces paroles ont été écrites en 1912, remaniées en 1916, et enrichies en 1942, mais elles sont toujours d’actualité. Et elles n’ont toujours pas été mises en pratique par une grande partie de la population.

 

CONCLUSION

 

L’idée de départ de Charlie Hebdo était bonne ; vouloir se battre pour une société plus humaine et sociale et lutter contre la connerie est un objectif auquel bon nombre de citoyens vont adhérer. Mais en étant irresponsables, comme ils l’affirment sur la une de certains numéros, Charlie s’y est mal pris : à l’arrivée le résultat n’est pas là et ils se sont fait décimer.

Irresponsable

Sous le couvert de la satire et de la liberté d’expression – tout est permis – Charlie Hebdo défend des positions qui sont en porte-à-faux avec celles de la société : amalgame religion et politique, droit au blasphème, droit d’expression illimité, exhibition sexuelle, offenses.

Charlie Hebdo a cru être libre en défendant la liberté d’expression, mais comme nous l’avons vu ses membres n’étaient pas libérés de leurs conflits intérieurs, projections, fausses croyances, etc.  Ils ont tiré profit du journal pour exprimer leurs propres problèmes, et ce faisant ont saboté leur talent et créativité.  Et en ne se connaissant pas, peu ou mal, ils ont crée plus de problèmes que de solutions, et ce non seulement pour eux mais aussi pour la société.

L’inconscient a toujours le dernier mot lorsque le conscient l’ignore.  En ayant fait une prédiction inconsciente, Charlie Hebdo s’est mis dans une position indéfendable : il a donné les pleins pouvoirs à l’inconscient qui, en submergeant le conscient, a provoqué la tragédie.  

Si on se base sur l’enseignement tiré de la tragédie d’Œdipe, il est dans l’ordre des choses de confronter l’ignorance, l’aveuglement et l’inconscience qui ont provoqué les attentats du 7 Janvier. Pour appréhender la réalité telle qu’elle est, il ne suffit pas d’utiliser uniquement ses yeux physiques – se baser sur les apparences – mais aussi ses yeux intérieurs. 

Appeler un chat un chat c’est éviter les confusions, les contradictions et les substitutions du vrai par le faux.  Comme l’a dit Camus :

 « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde. Ne pas nommer les choses, c’est nier notre humanité ». (49)

RÉFÉRENCES

 

(1) Jung, CW 11, « Réponse à Job », p. 358. Etant donné que la traduction française des œuvres de Jung ne suit pas le même principe que toutes les autres traductions, les références citées proviennent soit des Collected Works (CW) et sont ma traduction, soit d’ouvrages en français lorsqu’il a été possible de trouver une traduction correspondante.

(2) + (3) Charlie Hebdo, 1er Juillet 1992.

(4) Wikipédia.

(5) Jugement du 22 mars 2007, « Chroniques judiciaires », Le Monde.

(6) L’ego est le centre de la conscience, mais pas sa totalité. La connaissance de l’ego n’équivaut pas à la connaissance de soi-même.

(7) Jung, CW 6, « Définitions », p. 457.

(8) Jung, CW 9ii, « L’Ombre »,  p. 8.

(9) Jung, « Lettres sur les religions », Lettre à Erich Neumann, 3 Juin 1957.

(10) Jung, « Entretiens », p. 68.

(11) Wikipédia.

(12) Nouveau Petit Robert.

(13) + (14) Jung, CW 12, « L’Assimilation de l’inconscient », p. 143.

(15) Jung, CW 12, « Epilogue », p. 480 + 481.

(16) Voir Référence 37. (17) Jacques Bénigne Bossuet, « Œuvres Complètes », volume 14, p. 62.

(18) Giacomo Leopardi, « Pensées », www.qqcitations.com

(19) « Naturisme et loi pénale », www.naturismedroit.net

(20) Wikipédia.

(21) Illustrated Encyclopaedia of Traditional Symbols, J.C. Cooper, p. 144. Ma traduction.

(22) + (23) Dictionnaire des Symboles, Jean Chevalier & Alain Gheerbrant, p. 138 à 140.

(24) Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, www.cnrtl.fr/definition/satyre.

(25) Dictionnaire des Symboles, p. 846.

(26) + (27) + (28) Dictionnaire des Symboles, p. 848 + 849.

(29) Wikipédia. Ce mot provient du grec qui signifie « spirituel sous une apparente stupidité ».

(30) Jung,  « L’Ame et la Vie », « Entre le bien et le mal », p. 253.

(31) Jung, « L’Ame et la Vie »,

(32) Wikipédia.

(33) Egalité et Réconciliation, « Qui est Richard Malka » ? www.egaliteetreconciliation.fr

(34) Libération, 15 Octobre 2013.

(35) Le Point, 8 Décembre 2011.

(36) Nouvel Observateur, 14 Janvier 2015.

(37) France Info, 12 Janvier 2015.

(38) Elle magazine, « Elle est Charlie’s Angel », 7 mai 2015.

(39) Jean-Paul Sartre, « Baudelaire », p. 50.

(40) Jung, « L’Ame et la vie », « La Conscience et l’inconscient », p. 48.

(41) Johann Wolfgang von Goethe, « Les Affinités Electives », www.dicocitations.com

(42) Jung, CW 9ii, « Le Christ, un symbole du Soi », p. 71.

(43) On pourrait remonter plus loin avec Hara Kiri.  Un tel choix de nom n’est pas anodin. Il signifie se suicider, et au sens figuré, se sacrifier pour une cause.

(44) Dictionnaire des Symboles, p. 502.

(45) Albert Einstein, Stratégies de la vie quotidienne, www.evolution-101.com

(46) Jung, « L’Ame et la vie », « L’Individu et la communauté », p. 174.

(47) Alfred Sauvy, « La Bureaucratie », p. 7.

(48) Jung, « Psychologie de l’inconscient », p. 26.

(49) Albert Camus, « Sur une philosophie de l’expression », Œuvres Complètes, Tome 1, p. 908.

Publié dans Non classé

NOUVELLE CONFÉRENCE : LES APPARENCES

SALON DE THÉ  LİBRAİRİE  JAC’THÉ

5 Place de la Paix à Mulhouse

Mercredi 17 Décembre 2014

18 h – 19h30

Consommation souhaitée

Thème : les apparences

 mouahh-x4x.skyrock.com

Ensemble, nous allons explorer notre rapport aux apparences. Comment percevons-nous les autres et comment les autres

nous perçoivent-ils ?

Est-ce que l’idée que je me fais de moi-même et des autres est cohérente ? Les apparences sont-elles toujours trompeuses ?

Comment faire la différence entre être et par-être ?

Publié dans Non classé

SUÍTE CONFÉRENCE RÊVES

Merci à tous ceux et celles qui ont assisté à ma conférence et qui sont repartis avec de nouvelles connaissances sur le rêve.

2 citations qui résument ce qui a été dit :

« En chacun de nous existe un autre être que nous ne connaissons pas. Il nous parle à travers le rêve et nous fait savoir qu’il nous voit bien différent de ce que nous croyons être ». C.G. Jung

« Les rêves portent en eux une intelligence supérieure, une sagesse et une ingéniosité qui nous guident. Ils nous montrent quand nous avons tort, quand nous sommes inadaptés ; ils nous avertissent d’un danger ; ils prédisent des évènements à venir ; ils nous suggèrent quel est le sens profond de notre vie et ils nous transmettent des éclairages qui sont comme des illuminations ». Marie-Louise von Franz  

Et pour méditer :

« Qui regarde à l’extérieur rêve, qui regarde à l’intérieur se réveille ». C.G. Jung

En accord avec l’audience, il a été décidé d’une nouvelle rencontre

Mercredi 17 Décembre

Alors, à bientôt pour une autre annonce.

Publié dans Non classé

CONFÉRENCE DÉBAT SUR LES RÊVES

Attrape-rêves

Attrape-rêves
www.sonia.thd-web.jp

Pour ceux et celles que cela intéresse, je donne une conférence suivie d’un débat au sujet des rêves. Cela se passera dans le cadre chaleureux du salon de thé et librairie Jac’Thé où chacun pourra échanger ses expériences.

 

SALON DE THÉ  LİBRAİRİE  JAC’THÉ

5 Place de la Paix à Mulhouse

 03 89 50 44 88

Mercredi 19 Novembre 2014

18 h – 19h30

Consommation souhaitée

Publié dans Non classé

BIENVENUE SUR MON BLOG !

Ce blog me permettra de partager avec vous diverses idées concernant des sujets d’actualité et qui seront mises en relation avec l’approche Jungienne. Merci de revenir plus tard. A bientôt,

www.edilivre.com

www.edilivre.com

Publié dans Non classé